Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : en Gironde, l'Assurance-maladie tente de faciliter la vaccination des plus de 75 ans

-
Par , France Bleu Gironde

En Gironde, l'Assurance-maladie a lancé sa campagne "Aller vers" le 1er avril. Ce dispositif consiste à appeler les personnes âgées de plus de 75 ans, pour leur proposer un rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. 8% des premiers 8.200 appels passés ont abouti.

Inès, 18 ans, passe 80 appels par jour à des Girondins âgés de plus de 75 ans pour leur proposer un rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Bordeaux, le 20 avril 2021
Inès, 18 ans, passe 80 appels par jour à des Girondins âgés de plus de 75 ans pour leur proposer un rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Bordeaux, le 20 avril 2021 © Radio France - Margot Turgy

Faciliter la prise de rendez-vous pour se faire vacciner aux personnes âgées de plus de 75 ans. C'est l'objectif d'une campagne de l'Assurance-maladie, baptisée "Aller vers" et lancée le 31 mars au niveau national. Déployée en Gironde le 1er avril, elle a déjà tenté de contacter 8.200 personnes.

C'est au siège de la CPAM 33, à Bordeaux dans le quartier Grand Parc, qu'une dizaine de personnes sont mobilisées chaque jour pour passer en moyenne 80 appels. Alors que 70% des 140.000 Girondins âgés de plus de 75 ans sont déjà vaccinés, la campagne "Aller vers" vise donc à contacter les 30% restants. 

Inès, 18 ans, explique que "7 personnes sur 10" réagissent bien aux appels, qui se font sur les lignes de téléphone fixe. Installée devant un double écran, la jeune femme dispose d'un fichier avec le nom, prénom, âge et adresse du centre de vaccination le plus proche du domicile de la personne à contacter. "C'est l'objectif", souligne-t-elle. Les rendez-vous sont en effet uniquement pris dans les centres de vaccination à proximité du domicile, via les sites Doctolib et KelDoc. 

Au siège de l'Assurance-maladie, à Bordeaux, une dizaine de personnes sont mobilisées chaque jour pour la campagne "Aller vers". Bordeaux, le 20 avril 2021
Au siège de l'Assurance-maladie, à Bordeaux, une dizaine de personnes sont mobilisées chaque jour pour la campagne "Aller vers". Bordeaux, le 20 avril 2021 © Radio France - Margot Turgy

50% des appelés ne décrochent pas 

Après avoir raccroché, Inès note dans un logiciel spécifique de l'Assurance-maladie si la personne a décroché ou non, et si elle a accepté ou pas de prendre un rendez-vous. Au total, les appels aboutissent peu. "Sur les 8.200 personnes contactées, nous avons pu prendre 250 rendez-vous" depuis le 1er avril, explique Sabine Ximenes, responsable du département développement de l'Assurance-maladie et chargée de la campagne "Aller vers" en Gironde."Cela s'explique beaucoup par le nombre d'appels qui échouent : plus de la moitié des personnes ne décrochent pas", souligne-t-elle. Et sur 10 Girondins de plus de 75 ans contactés, 4 refusent aujourd'hui de se faire vacciner. 

Jérôme Pascaud, le directeur adjoint de l'Assurance maladie en Gironde, explique que ce n'est pas le nombre de rendez-vous pris qui importe : "L'idée, c'est de s'assurer que personne ne reste au bord de la route parmi les gens de ce public prioritaire. L'éligibilité aux vaccins ne cesse de se développer, et les personnes âgées de plus de 75 ans ont souvent du mal avec les outils de prise de rendez-vous. Il faut donc faire en sorte que les nouvelles populations éligibles ne viennent pas prendre leur place". Les 3.000 personnes qui n'ont pas décroché lors de la première vague d'appels sont d'ailleurs recontactées depuis ce 20 avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess