Infos

Attention, les allergies à l'ambroisie reviennent

Par Benjamin Rieth, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 22 août 2016 à 6:24

Arrachage des plants d'ambroisie sur la plage de St Just d'Ardèche
Arrachage des plants d'ambroisie sur la plage de St Just d'Ardèche © Radio France - David Meilhac

Le nez qui coule, les yeux rouges, les éternuements à répétition... Les allergies à l'ambroisie sont de retour dans la région. La plante est en pleine floraison et libère d'importantes quantités de pollen dans l'air. La Drôme et l'Ardèche sont placés en alerte orange.

Pour les allergiques à l'ambroisie, la fin des vacances est souvent plus rude que pour tout le monde. "C'est comme un gros rhume qui dure un mois", explique Dominique, allergique depuis son adolescence. Dès le début du mois d'août, le pollen de cette plante commence à se répandre dans l'air pour atteindre son pic de concentration durant la dernière semaine d'août et la première de septembre.

"On sait qu'à partir de cinq pollens par mètre cube d'air, les gens les plus allergiques commencent à y réagir, mais on dépasse allègrement les 100, voire plus, par mètre cube d'air", avertit Vincent Penel, le directeur du laboratoire des pollens et microenvironnement de Valence.

Vincent Penel fait le point sur les concentrations de pollen dans l'air

Pour les allergiques comme Dominique, les mêmes symptômes réapparaissent systématiquement : "On a le nez qui coule tout le temps, les yeux qui grattent, le palais qui pique, c'est  très handicapant". Heureusement depuis qu'elle a été diagnostiquée par une allergologue il y a une dizaine d'années, Dominique suit un traitement. Il lui permet d'atténuer les symptômes, à condition de ne jamais oublier de le prendre. Sans lui, dit-elle, elle ne peut rien faire : "Je ne peux pas écrire, je ne peux pas faire la cuisine, je ne peux pas faire de la moto, je suis dans le canapé et j'attends que ça passe".

Dominique n'est pas la plus touchée par cette allergie. Certains développent de l'asthme et éprouvent de vraies difficultés respiratoires. Aujourd'hui, selon les études, entre 10 et 20% de la population de la vallée du Rhône serait touchée.

Pour échapper à cette allergie, il n'y a pas de solution miracle. Le plus efficace reste de partir dans une zone vierge de toute ambroisie pendant la période où le pollen est le plus présent dans l'air. Une solution loin d'être évidente à cette période de l'année qui coïncide avec la rentrée et qui demande des moyens. Alors Vincent Penel donne quelques conseils : "Éviter d'aller s'exposer à des fortes concentrations de pollen dans les zones agricoles, ne pas aérer le matin car les ambroisies produisent leur pollen à ce moment, et se laver les cheveux avant d'aller se coucher".

"Ce n'est pas un nez, c'est un robinet"

Partager sur :