Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Au Cannet-des-Maures, Raymonde souffre du chikungunya depuis presque un an maintenant

lundi 30 avril 2018 à 18:44 Par Benjamin Billot, France Bleu Provence

La moitié sud de la France est en vigilance rouge au moustique tigre. L'année dernière, c'était dans le Var qu'il y avait eu le plus de cas autochtones de chikungunya, virus propagé par le moustique tigre. Certains malades souffrent encore, plusieurs mois après avoir contracté la maladie.

Le moustique tigre est de retour - Maxppp
Le moustique tigre est de retour - Maxppp © Maxppp -

Le Cannet-des-Maures, France

17 personnes ont attrapé le chikungunya dans le Var en 2017. C'est le département français qui a été le plus touché par ces cas autochtones. Le virus est propagé par le moustique tigre, présent aujourd'hui dans 42 départements français. Cette maladie est très douloureuse, elle peut être grave et persister longtemps. C'est ce qui est arrivé à Raymonde, une habitante du Cannet-des-Maures, un village varois situé entre Brignoles et Draguignan. 

Raymonde fait partie de ces personnes qui ont été infectées l'année dernière au Cannet-des-Maures. Elle ne s'en est jamais débarrassé. Elle peut être tranquille pendant un mois, mais les douleurs finissent toujours par revenir. Ce sont des douleurs articulaires très fortes qui l'empêchent de se déplacer convenablement. Elle est sous anti-inflammatoires en permanence.  Elle qui aimait la marche, ne peut pratiquement pu la pratiquer aujourd'hui. 

C'est très douloureux. Vraiment. Les symptômes, c'est pas rien. 

Raymonde aurait voulu être mieux informée

Comme beaucoup, Raymonde ignorait la gravité du chikungunya avant de l'attraper. La maladie peut être toutefois plus bénigne que la forme qu'elle subit. Son mari d'ailleurs a également été touché mais de manière moins forte. Chez lui aussi toutefois, les douleurs reviennent régulièrement. 

On s'en défera jamais. C'est comme le paludisme. Le spécialiste m'a dit que je l'aurai à vie.

Aujourd'hui, le couple fait très attention aux eaux stagnantes dans leur jardin. Après la pluie, Raymonde va vider les coupelles de ses pots de fleurs. Et elle est équipée d'un véritable attirail anti-moustique : répulsifs, moustiquaires, spirales odorantes etc. Elle estime avoir été mal informée des dangers du moustique tigre et aurait aimé mieux connaître les dangers du chikungunya, ce qui lui aurait peut-être permis de prendre des mesures plus drastiques à l'époque. 

Les habitants du Cannet-des-Maures pas forcément très inquiets

Les autres habitants du Cannet-des-Maures ne sont pas forcément très inquiets, tous n'ont pas suivi avec attention la mini-épidémie qui a eu lieu dans le village l'été dernier - plusieurs cas ont été répertoriés dans le village. Mais dans le lotissement de Raymonde, les voisins sont particulièrement vigilants envers le moustique tigre. 

Les mesures recommandées sont toujours les mêmes : couvrez -vous pour éviter les piqûres, et évitez l'eau stagnante dans votre jardin ou sur votre balcon, c'est là que les moustiques  tigres se reproduisent.