Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au centre de vaccination départemental de l'Indre, le standard explose

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Demandes de rendez-vous ou besoin de renseignements, depuis plus d'une semaine, le centre de vaccination départemental de l'Indre est submergé d'appels.

Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19 (illustration)
Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19 (illustration) © Radio France - Romain Berchet

Des dizaines d'appels par heure, parfois un par minute, le centre de vaccination départemental de l'Indre n'avait jamais connu ça. Un afflux de coups de fil qui a commencé avec le lancement de la campagne de vaccination pour les soignants, et se poursuit désormais avec son ouverture au grand public. Le standard du centre gère, entre autres, les prises de rendez-vous pour le centre installé au sein de l'hôpital de Châteauroux. 

"Une dynamique positive"

Responsable de la structure, le docteur Christophe Delesalle voit d'un bon œil cet engouement pour le vaccin anti-Covid : "Je pensais que ça démarrerait plus lentement. On disait qu'un Français sur deux était hostile ou réservé. Peut-être que c'est simplement l'autre moitié qui nous appelle, mais la dynamique est positive, c'est encourageant"

Si le standard explose, faisant de la réservation d'un créneau de vaccination un parcours du combattant, le médecin l'assure, le centre est en train de renforcer ses capacités de réponse aux appels. A propos du démarrage de la vaccination pour les plus de 75 ans et les personnes vulnérables, ce lundi, il prévient : "il y aura nécessairement des couacs, mais on fera face".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess