Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Au CHU de Bordeaux, le Cordon numérique fête deux années de liens entre les parents et les bébés hospitalisés

mercredi 10 avril 2019 à 13:36 Par France Bleu Gironde, France Bleu Gironde

La maternité du CHU de Bordeaux a reçu ce mercredi un prix décerné par les sociétaires de la GMF, compagnie d'assurance, pour le projet Cordon numérique. Un site web qui permet aux parents éloignés de l'hôpital de recevoir des vidéos de leur bébé hospitalisé.

Face à l'écran affichant les vidéos envoyées aux familles des nouveaux nés hospitalisés, Nelly Meunier (à gauche), créatrice du Cordon numérique, et Christelle Lecomte (à droite), cadre de santé.
Face à l'écran affichant les vidéos envoyées aux familles des nouveaux nés hospitalisés, Nelly Meunier (à gauche), créatrice du Cordon numérique, et Christelle Lecomte (à droite), cadre de santé. © Radio France - Mégane Fleury

Bordeaux, France

Dans un bureau du service de néonatologie de la maternité du CHU de Bordeaux, un grand écran tactile affiche une quinzaine d'images filmées au dessus des lits dans lesquels sont placés les nouveaux nés. Ces enfants sont prématurés ou atteints de pathologies depuis la naissance. Ils ne sont pas en contact quotidien avec leurs parents. L'hôpital estime que 50% des familles des enfants, hospitalisés dans ce service, habitent hors de Bordeaux Métropole, voire en dehors de la Gironde. Dans certains cas, la mère est hospitalisée suite à l'accouchement.

Des vidéos envoyées sur un site web

Plusieurs fois par jour, Manon Peraudeau, puéricultrice depuis 3 ans dans ce service, fait défiler ces images filmées. Elle sélectionne un moment où l'enfant apparaît dans de bonnes dispositions, souriant ou tranquille. L'infirmière enregistre une séquence de 30 secondes et envoie un SMS aux parents. Ces derniers retrouveront cette vidéo sur un site. "Cela leur permet de voir comment leur bébé est installé et également d'observer son évolution", affirme Manon Peraudeau. Elle répète cette opération deux fois par jour et par nouveau né. "Même si la vidéo est courte, c'est rassurant pour les parents", ajoute-t-elle.

Depuis son lancement en avril 2017, ce dispositif a permis à 400 familles de créer un compte et de bénéficier de l'envoi de séquences filmées de leur enfant. C'est le cas d'Izia, mère d'une petite Ella, née prématurément. Elle habite à Bègles (Bordeaux Métropole) et ne peut pas rester nuit et jour auprès de sa fille. Avec son conjoint, elle a complètement intégré ce système de vidéo dans sa vie. "Le matin, ça nous permet de nous réveiller avec des vidéos qui ont été faites la nuit. Lorsque l'on se réveille, nous sommes assez apaisés de voir que notre bébé va bien, qu'il est éveillé et surtout qu'il ne pleure pas !" précise-t-elle.

Jean Sarlangue, pédiatre responsable de l'unité de néonatologie, revient sur les difficultés qui l'ont amené à intégrer ce projet dans son service.

Izia fait partie des seize familles, sur les vingt-sept accueillies, qui ont accès à ces vidéos. "Ce service est gratuit pour les parents", tient à rappeler Jean Sarlangue, pédiatre responsable de l'unité de néonatologie. Il est à l'initiative de ce projet avec la start-up Sunday, qui lui a proposé le concept du Cordon numérique. L'installation des 16 caméras a été financée par l'association humanitaire Aquitaine destination à hauteur de 70 000 euros. Aujourd'hui, l'hôpital cherche d'autres mécènes pour pouvoir installer deux nouvelles caméras à court terme. L'objectif est d'équiper l'ensemble des lits avec ce dispositif. Pour l'heure, le CHU de Bordeaux assure la maintenance du matériel, évaluée entre 4 000 et 5 000 euros par an.

Reportage : Clément Billardello