Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au Mans, des dépistages du coronavirus le 25 décembre pour ceux qui n'ont pas le choix

-
Par , France Bleu Maine

Se faire mettre un écouvillon dans le nez, ce n'est sans doute pas ce que les manceaux venus se faire tester le 25 décembre avaient noté sur leur liste de Noël. Certains laboratoires sont quand même restés ouverts, pour ceux qui n'avaient d'autre choix que de venir ce vendredi.

La file d'attente pour se faire tester en ce 25 décembre est bien réduite comparée à la foule des dernières semaines
La file d'attente pour se faire tester en ce 25 décembre est bien réduite comparée à la foule des dernières semaines © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Ça a beau être un jour férié, les laboratoires n'ont cette année pas de répit pour le 25 décembre. Certains centres de dépistage du coronavirus sont restés ouverts pour permettre aux habitants de continuer à se faire tester sans rendez-vous. Si ce n'était pas l'affluence des grands jours, quelques sarthois sont tout de même venus au compte-goutte au fil de la journée

Ces derniers temps, le site de dépistage du parc Manceau, en zone nord du Mans, faisait jusqu'à 500 prélèvements par jour, en amont des retrouvailles familiales. En ce 25 décembre, "on pense avoir 150 personnes sur la journée, estime la secrétaire, on en a eu une petite soixantaine en deux heures et demi", en sachant que la quasi totalité des points de dépistage du département sont fermés sur cette journée. 

Premiers symptômes

Se retrouver avec un écouvillon dans le nez en guise de cadeau de Noël, ça n'était pas au programme de ces Sarthois initialement. Si beaucoup sont venus ces dernières semaines par précaution et pour se rassurer, ce vendredi, ce sont plutôt ceux qui n'ont pas le choix, comme Bertrand : "des symptômes sont apparus, donc je voulais voir ce qu'il en était." 

Même démarche pour Michel, qui a "quelques _maux de tête et un état de faiblesse_". Il a vu son médecin jeudi et n'a "pas voulu perdre de temps" pour se faire tester. Gros bémol : il ne s'est pas isolé et a quand même fêté Noël avec trois proches. "Je referai certainement un test dans une huitaine de jours par rapport à ce repas de Noël, même si on a plutôt respecté les gestes barrières, car il faut attendre pour savoir si on est positif ou non", assure-t-il. 

Inutile en effet de se faire tester au lendemain d'une soirée en famille si l'on n'a pas de symptômes. Il faut attendre 5 à 7 jours pour passer la durée d'incubation du virus. Le risque d'un test réalisé trop tôt après une situation ou un contact à risque, c'est qu'il soit négatif, alors que la personne a bien contracté la maladie. 

Pour les personnes ayant été exposées (repas de famille, retrouvailles amicales), il faut se faire tester 5 ) 7 jours après
Pour les personnes ayant été exposées (repas de famille, retrouvailles amicales), il faut se faire tester 5 ) 7 jours après - Agence Régionale de Santé Pays de la Loire

Avion à prendre et rendez-vous médicaux

Réaliser le test au bon moment, c'est bien ce qui a obligé certains à venir se faire tester entre la bûche du jeudi soir et la dinde du vendredi midi. "Je me fais opérer lundi et il faut un test négatif réalisé juste avant, explique Laura. Je pensais le faire samedi 26 au début, mais je suis venue plus tôt pour être sûre d'avoir le résultat lundi matin". _"_Je prends l'avion dimanche pour rentrer en Espagne, explique Quentin, j'étais venu passer les fêtes en famille. Il faut obligatoirement un test PCR négatif 48 ou 72 heures avant pour monter à bord"

Pas d'obligation pour Agnès et Jean-Marie, qui se rendent en Isère voir leurs enfants dimanche, mais une simple précaution. Ils s'y seraient bien pris un peu plus tôt, mais la ruée sur les tests a tout compliqué depuis une semaine : "on vient de Château-du-Loir car on n'a pas pu obtenir de rendez-vous, explique Agnès. Quand j'ai vu qu'ici, c'était ouvert le 25, et sans rendez-vous... Et bien nous voici !" 

Mélanie quant à elle en est à son second test en une semaine : "mon conjoint a le covid, j'ai donc fait un test il y a une semaine qui s'est révélé négatif, mais _après une semaine d'isolement, il faut en faire un second pour confirmer_". Elle qui est censée reprendre le travail ce samedi a donc rogné sur la grasse matinée du 25, "en espérant avoir les résultats vite".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess