Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Aulnay-sous-Bois / Sevran : les distributeurs de seringues réinstallés

mercredi 3 octobre 2018 à 12:19 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

L'Agence régionale de santé va réinstaller les distributeurs de seringues qui avaient été retiré fin août près de l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Leur retrait avait provoqué la colère d'associations qui craignaient la multiplication de conduites à risque chez les toxicomanes.

Seule une boîte pour les seringues usagées est encore en place
Seule une boîte pour les seringues usagées est encore en place © Radio France - Rémi Brancato

Sevran-Beaudottes, Sevran, France

L'Agence régionale de Santé (ARS) a décidé mardi de remettre en service en Seine-Saint-Denis deux distributeurs de seringues stériles à destination des toxicomanes, près de l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois. Leur fermeture fin août avait suscité la colère d'associations. Comme France Bleu Paris l'avait constaté vendredi, sur place, les consommateurs de drogue expliquaient avoir recours à des seringues usagées en absence de ce distributeurs depuis un mois.

"Les constats faits sur le terrain montrent que la montée en charge des mesures substitutives expérimentées est à la fois incomplète et tardive, et donc insuffisamment efficace" indique l'ARS à l'Agence France Presse. L'ARS a donc décidé de réinstaller les distributeurs pour "répondre aux enjeux de santé publique immédiats".

Le retrait des distributeurs de seringues avait été dénoncé par plusieurs associations, dont Aides et Médecins du monde. Selon elles, l'arrêt des distributeurs exposait "les personnes usagères de drogues à plus de risques de contaminations infectieuses notamment par le VIH et l'hépatite C", dans un département où le taux de prévalence des deux maladies et plus élevé que la moyenne nationale. 

La décision faisait suite à une concertation avec le maire de Sevran, commune voisine, confronté aux problèmes des seringues usagées laissées dans l'espace public. Près de 24 000 ont été ramassées l'an passé selon la mairie de Sevran.