Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Plus courts qu'un épisode sur Netflix", les autotests sont arrivés dans les lycées en Alsace

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Avec une semaine de retard, près de 300.000 autotests ont été livrés dans les lycées en Alsace. Les élèves asymptomatiques peuvent désormais se tester eux-mêmes, jusqu'à une fois par semaine, dans leur établissement.

Au lycée Jean Rostand à Strasbourg, une salle dédiée permet de réaliser près de trente autotests toutes les heures
Au lycée Jean Rostand à Strasbourg, une salle dédiée permet de réaliser près de trente autotests toutes les heures © Radio France - Jules Hauss

Deux semaines après le retour des élèves et des professeurs en présentiel, les autotests sont arrivés dans les lycées alsaciens. Après des retards de livraison, ce sont désormais 270.000 tests qui ont été répartis dans les établissements alsaciens. L'outil s'adresse aux personnes asymptomatiques, qui voudraient se rassurer. Les personnes "cas-contact" ou avec des symptômes doivent toujours recourir aux tests PCR et antigéniques. 

Un résultat en moins de quinze minutes 

Deux règles de base, communes à tous les lycées : une limite à un test par semaine pour les élèves (deux pour les professeurs) et un accompagnement obligatoire par une infirmière scolaire, lors de sa réalisation. Pour le reste, chaque établissement peut organiser sa campagne comme il le souhaite. 

Au lycée Jean Rostand à Strasbourg, les élèves, après avoir obtenu une autorisation signée par leurs parents, prennent rendez-vous en dehors de leurs heures de cours. Ils entrent alors dans une salle dédiée, qui peut accueillir quatorze élèves toutes les demie heures. "Ils arrivent sur un petit poste, où ils sont assis en face des consignes. Une fois qu'ils ont fait leur test, ils attendent le résultat pendant quinze minutes", explique l'infirmière scolaire, Geneviève Gasser. 

Elle et sa collègue tournent entre la quinzaine de tables pour montrer la marche à suivre : enfoncer l'écouvillon à deux centimètres dans les deux narines, l'imbiber dans un liquide puis mettre quatre gouttes de la solution sur une réglette qui affichera le résultat. "Le test est fiable à 80 % pour les cas négatifs", selon Geneviève Gasser. 

Ecouvillon, flacons, réglettes : tout le matériel nécessaire pour réaliser un autotest
Ecouvillon, flacons, réglettes : tout le matériel nécessaire pour réaliser un autotest © Radio France - Jules Hauss

"Maîtriser le geste" avant l'été 

"On demande à tous les établissements de faire le plus de sensibilisation possible auprès de leurs élèves, afin qu'ils maitrisent le geste, en prévision de cet été notamment. Sur leurs lieux de vacances, ils pourront être amenés à s'auto-tester", précise Elisabeth Laporte, rectrice de l'académie de Strasbourg. 

A Jean Rostand, au-delà des messages des affiches, et des mails, ce sont des élèves de terminale ou du supérieur qui promeuvent l'outil auprès de leurs camarades. Comme Amélia, étudiante en BTS dans l'établissement, qui s'adresse à des élèves de seconde :"Si vous voulez passer une après-midi entre copains ou entre copines par exemple, ça vous permet d'y aller l'esprit tranquille. Ca dure quinze minutes, c'est plus court qu'un épisode sur Netflix". 

A la fin de son exposé, tout le monde dans la classe semble prêt à l'utiliser. La rectrice de l'académie n'est d'ailleurs pas très inquiète au sujet de son acceptation par les lycéens et leurs parents : "Au début des tests salivaires (distribués dans les écoles primaires), il y avait des hésitations de la part des familles. Et puis progressivement les réserves ont été levées. Aujourd'hui, 80 à 90 % des enfants ont été testés par ce biais dans les écoles". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess