Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Aux urgences de Mercy, "la nuit, on boit du coca pour tenir parce qu'on n'a pas le temps d'aller manger"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Une partie des urgentistes de Mercy étaient en grève, ce lundi, à l'appel de la CGT, à la veille d'un mouvement national, pour mettre en lumière des problèmes spécifiques au CHR de Metz-Thionville, notamment des soucis d'effectifs la nuit.

A Mercy, les personnels des urgences sont en colère
A Mercy, les personnels des urgences sont en colère © Radio France - Magali Fichter

Metz, France

Après Sarreguemines, c'est au tour des urgentistes de Mercy (CHR de Metz-Thionville) de se mettre en grève. Les personnels ont manifesté ce lundi devant l'hôpital avant de rejoindre un mouvement national, mardi. Des infirmiers, médecins et aide-soignants grévistes du service ont voulu marquer le coup, à l'appel de la CGT, pour mettre en lumière des problèmes spécifiques à Mercy.

Des problèmes d'effectifs, qui ne datent pas d'hier, puisqu'ici, tous services confondus, on dénombre une centaine de postes vacants. Jusqu'à présent, les urgentistes se sentaient "entendus, compris", par leur direction : "on fait des heures supplémentaires, payées, ils ont mis des choses en place, explique un aide-soignant. Le problème, c'est que maintenant, on est fatigués", martèle-t-il.

Les personnels demandent donc que tous les postes vacants soient pourvus, le renforcement des effectifs de nuit, et aussi de pouvoir fermer une partie des lits lorsqu'ils ne sont pas assez nombreux, ce qui a, selon eux, été refusé par la direction.

Stéphanie, aide-soignante, avec sa pancarte, devant l'hôpital de Mercy - Radio France
Stéphanie, aide-soignante, avec sa pancarte, devant l'hôpital de Mercy © Radio France - Magali Fichter

Attente interminable et personnels aux multiples casquettes

Tous racontent des situations où les patients attendent cinq heures sur des brancards, des situations où les aide-soignants doivent jongler entre les malades et le secrétariat. Stéphanie, aide-soignante, veut que le public soit conscient de la réalité : "La durée d'un poste de nuit, c'est 10h30. Il faut se rendre compte que la plupart du temps, sur ces 10h30, on boit du coca pour tenir, pour avoir du sucre parce qu'on n'a pas le temps d'aller manger et que notre priorité c'est le patient."

Nous souffrons à la fois d'un manque d'attractivité du Grand est et d'une concurrence transfrontalière extrêmement importante." - Marie-Odile Saillard, directrice-générale du CHR Metz-Thionville

Ce problème de postes vacants a été discuté la semaine dernière avec Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, en visite à Mercy. Elle évoquait un manque d'attractivité lié à la proximité avec le Luxembourg, et ses salaires beaucoup plus importants. C'est aussi ce que déplore la directrice-générale du CHR, Marie-Odile Saillard : "Nous souffrons à la fois d'un manque d'attractivité du Grand est et d'une concurrence transfrontalière extrêmement importante.

Le problème n'est donc pas l'offre de recrutement mais bien le nombre de candidats. La directrice-générale lance d'ailleurs un appel aux infirmières et aux infirmiers qui cherchent du travail : "le CHR recrute, et avec des conditions très avantageuses". En attendant, elle dit comprendre les inquiétudes de ses équipes : "Nous allons jouer sur certains leviers pour les renforcer, mais l'on ne peut pas faire de miracles" à effectifs constants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu