Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Aux urgences du CHU de Besançon, les personnels sont appelés à une grève illimitée à partir de ce mardi

mardi 9 octobre 2018 à 15:36 Par Véronique Narboux, France Bleu Besançon et France Bleu

Une intersyndicale appelle les personnels des urgences du CHU de Besançon à une grève illimitée à partir de ce mardi. Les syndicats estiment que les salariés épuisés ne sont plus en mesure d'assurer la sécurité des patients.

Les grévistes des urgences du CHU de Besançon ont temporairement occupé les rails du tram, ce mardi après-midi
Les grévistes des urgences du CHU de Besançon ont temporairement occupé les rails du tram, ce mardi après-midi © Radio France - Elie Abergel

Besançon, France

À partir de ce mardi, les personnels des urgences du CHU de Besançon sont appelés à une grève illimitée. L'intersyndicale (CFDT, CGT, FO, Sud santé sociaux) qui lance le mouvement estime que "l’augmentation croissante de l’activité au sein du Service d’Accueil des Urgences ne permet plus au personnel d’assurer la qualité des soins et la sécurité des patients." 

Un rapport aux conclusions "accablantes", selon les syndicats

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est sans doute le rapport demandé par le CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) de l'établissement. Ledit rapport a été commandé en mars 2018, suite à la tentative de suicide d'une médecin au sein du service. Le cabinet Syndex vient de rendre ses conclusions et elles sont "accablantes", selon les syndicats.  

Parmi les médecins, beaucoup disent devoir bâcler leurs soins et ne pas passer assez de temps avec les patients. Même son de cloche chez les infirmiers, l'un d'eux est d'ailleurs en arrêt maladie. Il dit souffrir d'un burn-out causé selon lui par la surcharge de travail aux urgences du CHU de Besançon.

 Le Samu n'est pas mieux loti, Anthony travaille au centre d'appel du CHU, et se fait "régulièrement insulté par des gens qui attendent trois ou cinq minutes avant d'avoir un opérateur". Le jeune homme comprend cette détresse "car chaque minute compte, en cas d'urgence". Pour lui, il n'y a tout bonnement pas assez de personnel pour faire fonctionner correctement le Samu. 

Suite à ce rapport, les syndicats ont rencontré la direction du CHU le 4 octobre dernier mais déplorent de n'avoir reçu "aucune réponse précise".

La direction du CHU reconnaît des "difficultés de fonctionnement"

De son côté, la direction de l'hôpital Jean-Minjoz reconnaît que, "comme grand nombre de services d’urgences en France, le CHU de Besançon n’échappe pas à une augmentation d’activité engendrant des difficultés de fonctionnement et des tensions au sein des équipes."

La direction du CHU assure néanmoins qu'elle n'a pas attendu le rapport du cabinet Syndex pour améliorer les conditions de travail dans les services d'urgences. Elle souligne notamment avoir engagé plus de 600.000 euros de travaux et d'équipement ces dernières années et avoir créé 20,5 postes de personnels soignants en quatre ans, ainsi que neuf postes de médecins.