Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aux urgences du CHU de Toulouse Purpan, "la tension reste palpable" selon le collectif Inter-Urgences

-
Par , France Bleu Occitanie

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn reçoit, ce lundi, tous les acteurs liés aux services des urgences dans les hôpitaux, pour tenter de trouver une solution pour désamorcer un conflit qui dure depuis plusieurs mois. Exemple des tensions qui persistent à Toulouse et à Montauban.

Une nouvelle réunion est prévue, ce lundi, par la ministre de la Santé pour tenter de trouver une solution satisfaisante pour les personnels des urgences à l'hôpital.
Une nouvelle réunion est prévue, ce lundi, par la ministre de la Santé pour tenter de trouver une solution satisfaisante pour les personnels des urgences à l'hôpital. © Radio France - Guillemette Franquet

Une semaine après avoir annoncé une première série de mesures pour désengorger les services d'urgences des hôpitaux, la ministre de la santé, Agnès Buzyn réunit, ce lundi, tous les acteurs du secteur.

Le collectif Inter-Urgences revendique, aujourd'hui, la moitié des urgences publiques en grève (239 services contre 195 selon le ministère de la Santé), cinq mois après le début de leur mouvement et ce malgré les millions d'euros débloqués en juin par le gouvernement et les nouvelles annonces faites par la ministre.  

En Occitanie, au moins une dizaine d'hôpitaux sont impactés dont le CHU de Toulouse, Saint-Gaudens en Haute-Garonne également, Montauban et Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, Rodez ou encore Castres

Les renforts pour remplacer les arrêts maladie et les grévistes

Et ce n'est pas la pression que la maire de Montauban Brigitte Barèges a mise au début de l'été qui a changé la donne. La maire avait adressé un courrier à la ministre pour lui demander plus de personnel. L'hôpital de Montauban accueille autant de patients que l'hôpital de Rangueil à Toulouse mais avec deux fois moins de personnel paramédical. Elle avait même menacé de boycotter le vote du budget de l'hôpital en cas de non réponse. "Les renforts qu'on a eu ont servi à remplacer les arrêts maladie et même les grévistes", déplore Manuel Dader, secrétaire CGT à l'hôpital de Montauban.

80 euros pour dépasser ses propres compétences, c'est pas le propos ! Quand on a des agents qui disent "Moi, j'ai pas le temps de faire faire pipi à la dame" - Manuel Dader de la CGT

L'intimité de chaque patient n'est plus assurée

A Toulouse Purpan, Benoît Dupuy du collectif Inter-Urgences raconte que la tension est toujours palpable et que les dernières annonces de la ministre de la Santé ainsi que celles faites avant l'été n'ont rien changé. "On a cassé les box et on a fait des grandes salles avec sept, huit ou dix patients séparés par des paravents pour que les médecins puissent voir tous les patients et n'en oublient pas un quelque part."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Il s'étonne aussi que la ministre ait choisi de réunir les acteurs du secteur le lundi 9 septembre alors que le collectif avait programmé, de longue date, son assemblée générale, le 10 septembre. Le collectif Inter-Urgences, dans une interview au Journal du Dimanche, assure qu'il "réfléchit à de nouveaux arrêts maladie groupés" cet automne si le gouvernement ne répond pas à ses revendications.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess