Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Baignades en Corse : pas de réels dangers d’après l’ARS.

jeudi 5 juillet 2018 à 21:00 Par Thibault Quilichini et Pierre-Louis Antoniotti, France Bleu RCFM

L’Agence Régionale de Santé de Corse a publié une carte recensant 224 lieux de baignades et la qualité de leur eau, pour l’année 2018. 98.66% sont conformes aux exigences européennes de qualité.

Pas de réel danger dans les lieux de baignade de l'île
Pas de réel danger dans les lieux de baignade de l'île © Maxppp - Christian Watier

Corse, France

Les seuls points noirs sont Macinaghju, Bastelica (Ponte Vechju), Zicavu et le secteur du Cavu, qui s’étend de Ciamanacce à Zigliara. Ce secteur a été touché il y a cinq ans par la bilharziose. Cette maladie tropicale n'est pas mortelle et se soigne très bien, mais peut provoquer des douleurs en urinant, avec parfois la présence de sang. Les précisions de Josselin Vincent, directeur du pôle santé environnement à l'ARS :

Josselin Vincent, directeur du pôle santé environnement à l'ARS

« Pour se développer, cette maladie a besoin d’un petit escargot d’eau douce, qui est effectivement présent en Corse dans la rivière du Cavu. En 2013, plusieurs personnes sont tombées malades. Et depuis, ce site, qui est de très bonne qualité du point de vue bactériologique, fait l’objet d’une surveillance particulière, parce qu’effectivement il est exposé à ce risque, lié finalement au réchauffement climatique. La bilharziose urinaire est liée à des personnes malades qui urinent dans l’eau. Lorsqu’elles urinent dans l’eau, elles libèrent les œufs du parasite, qui ensuite, lorsqu’ils rencontrent cet escargot d’eau douce, le bulin, peuvent se développer en grand nombre.

Les messages de prévention sont les suivants : si vous venez d’une zone à risques, faites-vous dépister, et évitez d’uriner dans l’eau, notamment dans l’eau du Cavu, parce que c’est en urinant qu’on libère les œufs du parasite. »

Quelques informations sur la bilharziose

La carte complète de l'ARS