Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Barbecue solidaire avec les urgentistes de Saint-Nazaire

-
Par , France Bleu Loire Océan

Près de 150 personnes ont participé ce jeudi 5 septembre à un barbecue solidaire devant l'hôpital de Saint-Nazaire afin de soutenir le personnel du service des urgences. Comme dans de nombreux établissements en France, ils sont en grève depuis le 10 mai afin de réclamer des moyens supplémentaires.

Des citoyens sont venus soutenir les urgentistes en grève
Des citoyens sont venus soutenir les urgentistes en grève © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

A la mi-journée, ce jeudi, la pelouse devant l'hôpital s'est transformée en aire de pique-nique. Sous une tente blanche, revêtu de leur tee-shirt "urgences Saint-Nazaire en grève" où l'on voit un soignant qui ne sait plus où donner de la tête, des salariés de l'établissement font griller des saucisses et distribuent des sandwichs. Des tables et chaises sont installées à côté. Près de 150 personnes participent au barbecue solidaire. Chacun est invité à mettre la somme qu'il souhaite dans une petite urne "de soutien au personnel en grève". Le personnel hospitalier est majoritaire mais des citoyens ont aussi fait le déplacement. 

Les grévistes ont même leur tee-shirt - Radio France
Les grévistes ont même leur tee-shirt © Radio France - Anne Patinec

En grève depuis le 10 mai

Le personnel du services des urgences est en grève depuis le 10 mai pour dénoncer un manque de moyens financiers et humains. Les conditions de travail ne cessent de se dégrader. "La semaine dernière, on a eu jusqu'à 36 heures d'attente dans le service, sur un brancard, sur un petit matelas dans un couloir, c'est inhumain" témoigne Cédric Lecoq, infirmier urgentiste. Malgré la grève, le personnel travaille car il est réquisitionné.

Ces derniers jours, la colère est montée d'un cran. Les urgentistes ont appris que l'argent récemment débloqué par le Ministère (autour de 200 000 euros pour Saint-Nazaire) ne servira pas à recruter des personnels supplémentaires mais à payer la seconde ligne de SMUR que l'Agence Régionale de Santé ne veut plus financer. Or la zone de couverture du Samu est importante -tout l'ouest de la Loire-Atlantique- et selon les personnels soignants deux lignes de SMUR sont indispensables.

Plusieurs gilets jaunes sont venus soutenir les urgentistes - Radio France
Plusieurs gilets jaunes sont venus soutenir les urgentistes © Radio France - Anne Patinec

Soutenus par des gilets jaunes

Parmi des habitants venus soutenir les urgentistes, on compte plusieurs "gilets jaunes", de Saint-Nazaire, d'Herbignac, qui estiment que leurs combats se rejoignent. 

Quand on est patient, on trouve le temps long à rester attendre dans un couloir. Mais ils n'ont que deux bras et deux jambes. Il leur faut plus de moyens, plus de finances, mais l'Etat n'est pas humain" Christine, gilet jaune.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu