Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Beaune s'inquiète pour l'avenir de son hôpital

mercredi 22 juin 2016 à 19:00 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

L'hôpital de Beaune va-t-il perdre sa capacité d'initiative et le produit de la vente des vins des Hospices ? Un projet de Groupement Hospitalier de Territoire oppose le maire de la ville à l'Agence Régionale de Santé.

Des opposants au GHT ont manifesté pendant l'inauguration de la Maison de Santé
Des opposants au GHT ont manifesté pendant l'inauguration de la Maison de Santé © Radio France - Jacky Page

Beaune, France

A la mairie de Beaune à 10h ce 23 juin 2016, le député-maire Alain Suguenot, a rendez-vous avec le directeur général de l'Agence Régionale de Santé, Christophe Lannelongue. Tous deux vont débattre d'un projet qui rencontre localement une forte opposition. Le centre hospitalier Philippe le Bon serait intégré au sein d'un GHT, un Groupement Hospitalier de Territoire très vaste allant du sud de la Côte-d’Or jusqu’à Chaumont en Haute-Marne, en englobant le CHU de Dijon. L'hôpital beaunois, qui a depuis un an opéré un rapprochement avec ceux de Seurre, Nuits-Saint-Georges et Arnay-le-Duc, estime que le groupement hospitalier ainsi constitué répond déjà aux attentes du ministère de la Santé.

Le docteur Joseph Larfouilloux, ancien premier adjoint au maire de Beaune, a été aussi pédiatre à l’hôpital et il est toujours membre du conseil de surveillance. Il ne voit pas l’intérêt d’un si gigantesque regroupement d’hôpitaux. Et il s’interroge sur la présence du CHU dans ce projet. « l’hôpital de Beaune collabore déjà avec le CHU, dans les domaines de la pédiatrie, de la cardiologie, ou pour les accidents vasculaires cérébraux par exemple. Que pourrait-on attendre de plus d’un tel GHT ? » Et d’ajouter : « si un hôpital général entre sous la tutelle d’un CHU, ça pose un problème de gouvernance ».

"On n'a pas besoin d'un monstre qui a un déficit chronique", le maire de Beaune

Le docteur Larfouilloux se demande ce qui se passerait si le budget public contraint de l’hospitalisation venait à se dégrader. Il serait alors tentant de fermer des services dans les petits hôpitaux, et pour le CHU de récupérer des praticiens. Alain Suguenot va plus loin : « on n’a pas besoin d’un monstre (le futur GHT) autour d’un CHU qui n’a pas les mêmes obligations que nous, mais qui a par contre un déficit chronique ». Et de s’inquiéter pour la DNA, la Dotation Non Affectée de l’hôpital de Beaune. Autrement dit son patrimoine non affecté aux soins. Et à Beaune, la DNA, ce n’est pas rien. C’est le célèbre Hôtel Dieu, qui fait venir à Beaune des milliers de visiteurs. C’est aussi un domaine viticole considérable constitué au fil des legs et des siècles.

Dès sa création en 1443, par Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne, l’hôpital avait été doté d’une rente annuelle fondée sur les revenus de la vigne. Chaque année, de nos jours, la vente aux enchères des vins du domaine hospitalier lui rapporte une véritable manne. Celle du 15 novembre 2015 avait rapporté plus de 10 millions d’euros. Ces revenus lui permettent actuellement de réaliser sur ses fonds propres pour 49 millions d'euros de travaux. Le nouveau GHT serait-il un prétexte pour prendre le contrôle de l'hôpital de Beaune ? Et de sa précieuse DNA ?

→ Lire aussi - Hospices de Beaune : 11 millions d'euros pour la vente aux enchères

L'ARS propose un essai d'engagement sur un an

Christophe Lannelongue, le directeur général de l'ARS se veut rassurant. « Le GHT, c’est d’abord construire des projets de meilleure organisation des filières de prise en charge, donc de meilleure organisation des parcours de santé des patients. Et ce n’est surtout pas une manière de mettre des établissements en coupe réglée, de fermer des sites ou de faire en sorte que le produit de la vente des vins des Hospices soit confisqué par d’autres. Il propose un marché : s’engager sur un an sur un projet médical partagé. Si dans un an, il n’y a pas de réelle adhésion de l’hôpital de Beaune, alors, de fait, la coopération prendra fin". Le maire de Beaune lui, demande une dérogation pour que son hôpital ne soit pas intégré au GHT. Il relaie l’inquiétude du personnel de l’hôpital, ainsi que de certains administrés. Le 21 juin, lors de l’inauguration de la Maison de Santé de Beaune, une quinzaine de personnes ont manifesté dans le calme en brandissant des panneaux sur lesquels ont pouvait lire « Non au GHT, nous voulons garder notre hôpital ».

→ Lire aussi : Beaune se dote d’un pôle santé ambitieux