Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Bébés nés sans bras : deux comités sont créés pour déterminer les causes et dialoguer avec les familles

Dans le cadre de l'affaire des bébés nés sans bras, le gouvernement annonce ce mardi la création de deux comités : l'un pour tenter de trouver les causes de ce handicap, et l'autre pour dialoguer avec les familles. Des cas ont été détectés dans l'Ain, le Morbihan et en Loire-Atlantique.

bébé (illustration)
bébé (illustration) © Maxppp - Pierre HECKLER

Les ministères de la Santé, de l'Agriculture et de l'Écologie annoncent ce mardi, dans un communiqué, la création de deux comités autour de l'affaire des bébés nés avec une malformation au bras : un comité d'experts et un comité d'orientation et de suivi. Une préconisation des agences sanitaires, chargées fin octobre 2018 par le gouvernement d'enquêter sur ces "agénésies transverses des membres supérieurs". 

Résultats attendus le 30 juin

Le comité d'orientation et de suivi a pour mission "d’assurer un espace de dialogue, d’échange et d’information avec l’ensemble des parties prenantes concernées", c'est-à-dire les familles, les associations de patients, de défense de l’environnement, ou encore les professionnels de santé. Ce comité, présidé par un sociologue du CNRS, tiendra sa première réunion le 21 février prochain.

A ce stade, aucune hypothèse n'est privilégiée." - communiqué des ministères

Le second comité, regroupant 22 experts scientifiques, aura pour objectif "d’identifier et d’analyser les différentes hypothèses conduisant à faire un lien entre des expositions, notamment environnementales, et la survenue d’agénésies transverses des membres supérieurs". Les experts devront également formuler "des recommandations aux pouvoirs publics pour la prévention et la prise en charge des cas détectés". La première réunion de ce comité aura lieu début mars. 

Début octobre, des cas d'enfants nés avec un bras malformé ont été "officiellement" recensés dans l'Ain (sept bébés entre 2009 et 2014), en Loire-Atlantique (trois bébés entre 2007 et 2008) et dans le Morbihan (quatre bébés entre 2011 et 2013). 

Mais depuis, onze nouveaux cas suspects ont été détectés dans l'Ain, entre 2000 et 2014, ainsi huit autres cas dans le Morbihan. Pour l'heure, les autorités n'ont aucune certitude sur les causes de ces malformations. Elles pourraient être génétiques, liées à des contraintes physiques ou à des substances toxiques.

L'agénésie transverse des membres supérieurs est une maladie qui se traduit par l'absence ou l'atrophie d'une main, d'un avant-bras, ou de tout le bras. Cette maladie touche moins de 150 naissances par an en France.