Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Bébés "sans bras" : quatre familles de Guidel demandent de la transparence et du sérieux dans l'enquête

Quatre familles de Guidel ont écrit à la ministre de la Santé le 29 janvier pour demander de la transparence et du sérieux dans l'enquête, lui reprochant "certaines prises de paroles déroutantes".

Nouveau-né (illustration)
Nouveau-né (illustration) © Maxppp -

Guidel, France

Un premier bilan doit être rendu ce jeudi autour de l'enquête des bébés nés sans bras ou sans mains. Plusieurs cas, à Guidel, en Loire-Atlantique, dans l'Ain et maintenant dans les Bouches-du-Rhône. Mais à quelques heures de la réunion, rien n'avait été confirmé par l'agence Santé publique France.

Quatre familles de Guidel dans le Morbihan seront particulièrement attentives aux premiers résultats. Parents d'enfants nés entre 2011 et 2013, sans main ou sans bras, ils ont écrit le 29 janvier à la ministre de la Santé pour lui réclamer plus de "transparence" et _"du sérieux"_dans l'enquête.

Elles écrivent leur "inquiétude", leur "incompréhension" face à "certaines prises de parole récentes" de la ministre de la Santé, qu'ils jugent "déroutantes" et _"étonnantes_". En cause, l'intervention d'Agnès Buzyn dans l'émission "La maison des maternelles" sur France 5, diffusée le 15 janvier. Les familles estiment qu'elle est revenue alors "sur certaines causes – médicamenteuses et génétiques – qui ont déjà été écartées" par la première étude.

Elles demandent une"enquête de terrain" concernant l'eau, les sols, l'air, pour savoir si l'agénésie des enfants a été causée par l'environnement.