Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Belfort : les laboratoires d'analyses médicales en grève contre la baisse de financements

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

La douzaine de laboratoires d'analyses médicales du Territoire de Belfort et du Pays de Montbéliard sont fermés l'après-midi depuis ce lundi. Ils répondent à un appel national des syndicats contre la baisse de financements prévue pour le secteur en 2020.

Le centre Ehret-Faubourg ferme ses portes l'après-midi pour protester contre la baisse de financements.
Le centre Ehret-Faubourg ferme ses portes l'après-midi pour protester contre la baisse de financements. © Radio France - Mélanie Juvé

Tous les laboratoires de biologie médicale du Territoire de Belfort et du Pays de Montbéliard suivent un mouvement national de grève. Depuis ce lundi et jusqu'au 1er octobre, ils ferment leurs portes l'après-midi. 

Une grève à l'appel de l'ensemble des syndicats de biologistes, pour protester contre les 170 millions d'euros d'économies prévues pour le secteur en 2020, dans le cadre de la réforme de l'Assurance maladie. La baisse représente 5% du chiffre d'affaire des laboratoires. 

La grève s'affiche au laboratoire d'analyses médicales Ehret-Faubourg.
La grève s'affiche au laboratoire d'analyses médicales Ehret-Faubourg. © Radio France - Mélanie Juvé

Coups de rabot depuis 10 ans

Au laboratoire Ehret-Faubourg à Belfort, la grève s'affiche : des flyers sont disponibles à l'entrée et une pétition pour soutenir le mouvement est à disposition des patients. 

Christian Ehret, biologiste et directeur du site, déplore cette baisse constante des financements : "Depuis 10 ans, à chaque fois qu'il y a un montant d'économies à faire, à peu près 10 % sont demandées aux laboratoires. Or nous représentons 1,4 ou 1,8 % de la totalité des dépenses de santé. Nous avons l'impression d'être largement mis à contribution par rapport à ce que nous représentons en termes de dépenses."

Sauf que la demande d'analyses augmente : "Parce que on a toujours besoin de plus, parce que les gens vieillissent, explique Christian Ehret. On fait deux fois plus d'analyses aujourd'hui qu'il y a 10 ans en France. Sauf que le budget global des analyses médicales reste quasiment stable. Donc on fait deux fois plus d'analyses pour le même prix." Une baisse des recettes donc pour les laboratoires.

Alors pour réduire les coûts tout en garantissant la même qualité de service auprès des patients, les laboratoires se modernisent et réorganisent. Ici, après les prélèvements (prise de sang par exemple), les analyses sont effectuées dans un site centralisé à Etupes, et c'est le cas d'autres laboratoires de proximité. 

La mort des laboratoires de proximité ? 

Si aujourd'hui le patient n'en pâtit pas, à terme, les coups de rabot successifs pourraient avoir des conséquences selon Christian Ehret : "Un jour on va forcément ne plus travailler de la même manière." Il craint à force une réduction des plages horaires d'ouverture et donc du personnel. Alors que la mission des laboratoires de biologie médicale reste essentielle d'après ce professionnel : "Les analyses médicales contribuent à 70% des diagnostics médicaux."

La grève doit se poursuivre au moins jusqu'au 1er octobre, date d'une nouvelle réunion entre les représentants de la profession et l'Assurance maladie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess