Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A Bellecombe-en-Bauges, une quinzaine de foyers sont privés d'eau potable depuis une semaine

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

A Bellecombe-en-Bauges, ça fait une semaine que les habitants du hameau des Monts boivent de l'eau en bouteille. Les fortes pluies ont lessivé les sols, contaminant les réserves en eau. Résultat, interdiction de boire l'eau du robinet, au moins jusqu'à ce jeudi.

Tous les deux jours, chaque foyer reçoit un pack d'eau minérale.
Tous les deux jours, chaque foyer reçoit un pack d'eau minérale. © Radio France - Marion Bastit

Bellecombe-en-Bauges, France

A Bellecombe-en-Bauges, une quinzaine de foyers sont privés d'eau potable depuis le 1er juin. Les fortes pluies de ces dernières semaines ont lessivé les sols, ce qui a contaminé les réserves d’eau, devenues boueuses. Résultat, la préfecture a interdit aux habitants du hameau du Mont de boire l’eau du robinet. Et depuis une semaine, ils se débrouillent comme ils peuvent.

Laver la salade à l'eau minérale

Dans sa cave, Yvette n'avait jamais eu un tel stock d'eau. « Là, j’ai quatre ou cinq packs d’eau, une trentaine de bouteilles à peu près. Comme je descends à Annecy environ deux fois par semaine, je me ravitaille. J’en monte deux ou trois packs, ça dépend. » Et pour tenir entre deux pleins, elle compte sur les livraisons de la communauté de communes. « Tous les deux jours, on nous livre un pack de six bouteilles d’eau minérale, donc on est quand même bien desservis. On pense quand même à nous. » Pour la cuisine, Yvette se débrouille comme elle peut. « On fait bouillir l’eau dix minutes quand on fait cuire les légumes. Le problème, c’est pour laver les légumes, la salade, tout ça. On ne sait pas trop, donc on le fait à l’eau minérale. »

Marie-Claude se sert de l'eau de source de son bassin pour cuisiner. - Radio France
Marie-Claude se sert de l'eau de source de son bassin pour cuisiner. © Radio France - Marion Bastit

Chez Marie-Claude, qui habite un peu plus haut, les packs d'eau ne descendent pas très vite. Il faut dire que devant sa porte, on trouve un grand bassin rempli d'eau transparente. « C’est l’eau d’une source, qu’on a toujours eue là, à côté de la maison, qu’on a toujours consommée, et qu’on consomme encore. » Alors elle ne la boit pas, on ne sait jamais, mais elle s'en sert pour le café ou la cuisson. Mais en cuisine, c'est dur de s'empêcher de tourner le robinet. « Le plus gênant, c’est pour la salade et tout, quand il faut laver les aliments. On a tellement l'habitude de faire couler le robinet. » L'habitude, c'est bien le problème pour Corentin, 14 ans. Par inadvertance, il a bu plusieurs fois au robinet avant de trouver la solution. « On met les bouteilles sur le bord du robinet, du coup, au bout d’un moment, on y pense. »

L’Agence régionale de santé doit faire un nouveau prélèvement d’eau ce jeudi. S’il n’y a plus trace d’escherichia coli, la bactérie qui provoque des diarrhées, les habitants pourront de nouveau boire l’eau du robinet.

Un problème typique du massif des Bauges

Pour Magali Pinson, directrice du service des eaux de la communauté de communes du Cœur des Bauges, il n'y a pas vraiment de solution pour éviter ces pollutions. « Le massif des Bauges est un massif karstique, sans filtration naturelle, donc quand on a de grosses pluies qui lessivent beaucoup les sols, ça pénètre directement dans les sources, et ça pollue beaucoup les ressources en eau. Pour traiter ce genre de choses, il faudrait une filtration assez sophistiquée, sur des sites ou ce n'est pas possible, car il n'y a pas de réseau électrique, et ce sont des ouvrages qui sont très isolés. Donc on ne peut rien faire d'autre que de traiter l'eau avec de la javel. L'autre solution, ce serait de trouver une autre ressource pour alimenter ce hameau, et là ça nécessite de gros investissements  pour faire des connexions avec d'autres ressources. »

L'analyse de Magali Pinson, directrice du service des eaux du Coeur des Bauges

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu