Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bergerac : le centre municipal de santé, une solution coûteuse et sans avenir selon le syndicat des médecins libéraux

-
Par France Bleu Périgord
Bergerac, France

Une quarantaine de médecins du syndicat des médecins libéraux sont réunis à Sarlat ce week-end pour discuter notamment des solutions à la désertification médicale. Selon eux, les centres municipaux de santé ne sont pas des solutions pérennes comme à Bergerac.

Le centre de santé municipal a ouvert en février 2017.
Le centre de santé municipal a ouvert en février 2017. © Radio France - Antoine Balandra

Un an après l'ouverture du centre municipal de santé à Bergerac, les médecins libéraux du SML (syndicat des médecins libéraux critiquent cette solution "non pérenne" selon eux. Une solution mise en place à Bergerac pour lutter contre la désertification médicale et le manque de médecins. Il ne restait plus que 20 généralistes pour 30 000 habitants. 

Aujourd'hui, trois médecins salariés travaillent dans ce centre municipal, ouvert en février 2017. "Ce sont des médecins qui viennent et qui repartent alors que les gens ont besoin d'un médecin qui s'installe," explique Docteur Blanc, médecin à Bergerac et représentant du syndicat en Dordogne. 

"Les centres municipaux sont un retour aux années 1 900 où il manquait des médecins et cette solution est trop coûteuse. " - Docteur Blanc, représentant du syndicat des médecins libéraux en Dordogne. 

Pour le maire, Daniel Garrigue, c'est mieux que rien. "Il faut bien qu'il y ait une offre de soin et les jeunes médecins préfèrent être salariés que libéraux." En 10 ans, seulement 83 médecins se sont installés dans le département. 

Un quart des médecins ne sont pas remplacés en Dordogne. Pour autant, le docteur Blanc pense que "les centres municipaux sont un retour aux années 1 900 où il manquait des médecins et cette solution est trop coûteuse", selon lui. En attendant, le maire de Bergerac se félicite que des médecins y fassent des consultations et serait ravi que des médecins libéraux s'installent dans la région. Quatre se seraient installés l'année dernière. 

Quant aux médecins du syndicat, ils offrent d'autres solutions pour lutter contre la désertification. "Créer une première année médecine à Périgueux permettrait aux jeunes périgourdins de rester dans la région après et peut-être qu'ils s'installeraient dans leur village de naissance." Et puis il faut passer à la médecine du future pour les médecins du syndicat : soigner les patients par vidéoconférence ou déléguer des consultations aux infirmières dans les villages reculés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess