Santé – Sciences

A Besançon, une journée de sensibilisation à l'obésité pour aider le patient à se prendre en main

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Besançon jeudi 15 septembre 2016 à 19:29

L'activité physique adaptée, l'une des composantes du parcours de soins contre l'obésité
L'activité physique adaptée, l'une des composantes du parcours de soins contre l'obésité © Maxppp - Max Rosereau

L'association Elisea organise la 2e journée de sensibilisation à l'obésité en Franche-Comté. Ce sera le 17 septembre, sur le parking du Décathlon de Chateaufarine. Une journée pour faire changer le regard sur la maladie. Une maladie qui touche près de 120 000 personnes en Franche-Comté.

Oui, l'obésité est une maladie. C'est même une maladie chronique d'après l'OMS, c'est à dire qu'on ne peut pas en guérir complètement. En Franche-Comté, près de 120.000 personnes en souffrent. C'est pour cela que l'association Elisea organise samedi 17 septembre la 2e journée de sensibilisation à l'obésité.

Mais bien souvent les personnes obèses sont simplement perçues comme des gens un peu fainéants, trop gourmands, ou qui ne savent pas prendre soin d'eux. L'association Elisea, fondée par Amandine Chardon, est une association de patients qui travaille en partenariat avec les professionnels de santé, et qui veut faire changer les choses.

Vous ne correspondez pas à l'image de l'entreprise" - Amandine Chardon, association Elisea

Amandine Chardon connait bien le problème. A l'adolescence, elle arrête le sport, rencontre des problèmes familiaux et se réfugie dans la nourriture. "Mon poids s'est mis à monter, et c'est le cercle vicieux. J'ai fait mes premiers régimes, j'ai perdu du poids, que j'ai repris juste après, avec à chaque fois quelques kilos en bonus", raconte t-elle. Et la discrimination des obèses, elle l'a vécue aussi : "Quand j'étais dans le commerce, je me suis présentée dans une boutique. J'étais dynamique, j'avais toutes les compétences requises, et on m'a rappelé après l'entretien pour me dire que je ne correspondais pas à l'image de l'entreprise."

Le patient doit être acteur de sa santé 

Cette discrimination, elle existe y compris de la part du personnel soignant. Une future maman s'est entendue dire chez la gynéco au moment de l'échographie : "Comment voulez-vous que je vois votre bébé, avec toute cette couche de graisse ?"  Des propos qui blessent, qui laissent des cicatrices, et qui ne font sûrement pas avancer le problème.

D'après Amandine Chardon, c'est le malade lui-même qui doit se prendre en main,"avec l'aide bien sûr de tous les professionnels de santé, les généralistes, les psys, les endocrinologues, les profs d'activité physique adaptée, les sophrologues etc. Mais 80 % se passe dans la tête, alors il faut surtout comprendre comment et pourquoi on en est arrivés là."

Lors de cette journée de sensibilisation, il y aura des professionnels de santé, des ateliers de dégustation "pour réapprendre à manger en se faisant plaisir, et en prenant conscience de ce que l'on fait", des ateliers de bien-être et de relooking, des séances de sport adapté, des guides sur les parcours de soins qui existent en Franche-Comté, des associations pour échanger et se rassurer etc.

Journée de sensibilisation le samedi 17 septembre de 10h à 18h sur le parking du Décathlon de Chateaufarine