Santé – Sciences

Bientôt du nouveau pour soulager les jambes lourdes

Par Julie Szmul, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu samedi 12 août 2017 à 19:33

Fanette Chassagne, doctorante en biomécanique
Fanette Chassagne, doctorante en biomécanique -

Une étudiante de l'École des Mines à Saint-Étienne vient de mettre au point une technique qui permettra dans le futur d'adapter les bandes de compression, utilisées pour soigner l'insuffisance veineuse, à chaque type de morphologie.

Un tiers des Français souffre d'insuffisance veineuse. Une mauvaise circulation du sang, qui provoque souvent une sensation de jambes lourdes. Pour être soulagé, beaucoup utilisent des bas de contention, ou des bandes de compression, du tissu qu'on enroule très serré autour des jambes. Car le secret, pour ne plus souffrir, c'est justement d'exercer une pression sur les parties douloureuses. Sauf que selon les morphologies, la même bande n'exercera pas la même pression, et n'aura donc pas la même efficacité.

Un exemple de bandes de compression - Radio France
Un exemple de bandes de compression © Radio France - Fanette Chassagne

Fanette Chassagne a 26 ans, elle vient d'obtenir son doctorat en biomécanique à l'École des Mines de Saint-Étienne. Elle vient surtout de mettre au point un outil, un genre de logiciel informatique qui pourrait changer la vie de tous ceux qui souffrent d'insuffisance veineuse. Le principe : scanner les jambes d'un patient, ajouter des informations sur les propriétés de la bande de compression que l'on veut lui appliquer, et grâce à une équation, le logiciel est ensuite capable de prédire les effets qu'aura cette bande sur cette personne.

Pour le patient, l'intérêt à long terme, c'est d'avoir un traitement mieux adapté à sa pathologie - Fanette Chassagne

Vue de la pression appliquée sur une jambe par unebande de compression - Aucun(e)
Vue de la pression appliquée sur une jambe par unebande de compression - Fanette Chassagne

Il faut désormais que le logiciel soit simplifié, afin de permettre aux professionnels de santé de pouvoir l'utiliser. Fanette l'a créé en partenariat avec l'entreprise stéphanoise Thuasne, le CHU et l'université Jean Monnet de St Etienne. Autant d'acteurs susceptibles de continuer à développer ce logiciel, pour peut-être, un jour, le commercialiser.