Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Puy-de-Dôme : 7e semaine de grève des agents de l'hôpital de Billom

jeudi 14 mars 2019 à 18:59 Par Claudie Hamon, France Bleu Pays d'Auvergne

Les 400 agents de l'hôpital de Billom sont en grève illimitée depuis le 28 janvier. Ils ne veulent pas être la variable d'ajustement au déficit qui se creuse.

Les agents de l'hôpital de Billom sont en grève illimitée depuis le 28 janvier
Les agents de l'hôpital de Billom sont en grève illimitée depuis le 28 janvier © Radio France - Claudie Hamon

Billom, France

La grève se poursuit à l'hôpital de Billom. Les 400 agents dénoncent la baisse endémique des effectifs. Selon les syndicats, actuellement 16 postes ne sont pas remplacés notamment auprès des patients. Mais tous les services sont impactés. Pour montrer leur détermination, ils organisent des pauses café ou des pauses pique-nique. Le vent et le froid n'ont pas entamé leur détermination.

Les négociations sont au point mort car la directrice est en arrêt maladie - Radio France
Les négociations sont au point mort car la directrice est en arrêt maladie © Radio France - Claudie Hamon

1,3 millions d'euros de déficit en 2018

Et aujourd'hui les négociations sont au point mort car leur directrice est en arrêt maladie jusqu'au 7 avril, peut-être plus et l'ARS qui devait se déplacer ce jeudi n'est pas venue.  Ce que regrette Sébastien Fafournoux représentant CGT de l'hôpital de Billom. "La direction joue peut-être la montre mais on maintient la pression jusqu'à ce que l'ARS finance des postes supplémentaires." "On ne demande pas de primes ni des augmentations de salaires, on demande du personnel en plus pour assurer notre travail dans des conditions dignes pour les patients", lâche Pascal aide soignant depuis 20 ans. 

Apparemment les agents sont la variable d'ajustement du déficit abyssal de l'hôpital.  Il représente 1,3 million en 2018, 2,6 millions cumulés sur trois ans.  Dommage que cela retombe aussi sur les patients.