Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : au CHU de Bordeaux, les perspectives sont "effrayantes" pour les 15 jours à venir

-
Par , France Bleu Gironde

Le docteur Benjamin Clouzeau, médecin réanimateur au CHU de Bordeaux, estime "absolument nécessaire" le reconfinement annoncé par le chef de l'Etat. Il se dit malgré tout très préoccupé par les taux d'occupation catastrophiques annoncés en réanimation à Bordeaux pour les deux semaines à venir.

Les admissions en réanimation devraient fortement augmenter dans les 2 prochaines semaines
Les admissions en réanimation devraient fortement augmenter dans les 2 prochaines semaines © Maxppp - Maxppp

Alors que le président de la République annonce ce mercredi un reconfinement national jusqu'au 1er décembre au moins pour endiguer l'épidémie de coronavirus, le docteur Benjamin Clouzeau, médecin réanimateur au CHU de Bordeaux fait le point sur la crise sanitaire.

France Bleu Gironde : Ce reconfinement était-il nécessaire à vos yeux sur le plan sanitaire ?

Benjamin Clouzeau : "Oui, je suis soulagé car c'est une décision que nous attendions dans les hôpitaux, c'était la bonne décision même si elle sera difficile. Mais dans le même je suis très inquiet, car nous avons des perspectives qui sont assez effrayantes dans les 15 jours à venir avec des taux d'occupation en réanimation catastrophiques, qui vont nous obliger à faire des choix entre les malades, ce que nous voulons absolument éviter. Par ailleurs, ce reconfinement étant moins strict que le premier - car beaucoup d'activités restent possibles - il va donc reposer plus que la première fois sur le sens civique des gens, et j'espère qu'il aura la même efficacité. "

Etes-vous surpris par la brutalité de cette 2ème vague ?

B.C. : "Non, on n'est pas surpris ni par la brutalité, ni par le côté national, et les personnes qui avaient émis des doutes publiquement sur la réalité de cette 2ème vague ont une responsabilité très lourde aujourd'hui. On aurait pu espérer que le port du masque systématisé de ces dernières semaines la limite un peu, mais cela n'a pas été le cas, ce qui est bien la preuve que les contaminations se font essentiellement dans un cadre privé. "

Le CHU de Bordeaux avait tenu pour la 1ère vague, peut-il tenir pour la 2ème ?

B.C. :"La chance que l'on a c'est que ces mesures de confinement entrent en vigueur au moment où on n'est pas encore submergé, on vient d'ailleurs d'accueillir des malades d'autres régions. Mais je crains que cette fois-ci on ait une vague plus importante. On fera face, on a les ressources et les moyens, mais cet hiver, tous les malades ne vont pas disparaître d'un coup comme ils l'avaient fait lors de la première vague... Cette fois on va se retrouver avec des pathologies hivernales qui vont cohabiter avec ce virus. J'en profite d'ailleurs pour redire la nécessité cette année de se faire vacciner contre la grippe.  Chaque année, nous voyons arriver des malades de la grippe en réanimation, s'il vous plait cette année épargnez-nous ça en vous faisant vacciner!

Benjamin Clouzeau : "On nous annonce un taux d'occupation catastrophique en réanimation"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess