Santé – Sciences

1000 personnes ont pu bénéficier d'une greffe de foie au CHU de Bordeaux

Par Chloé Gandolfo, France Bleu Gironde lundi 18 septembre 2017 à 4:30

1000 greffes du foie depuis la première en 1985 au CHU de Bordeaux
1000 greffes du foie depuis la première en 1985 au CHU de Bordeaux © Maxppp - MaxPPP

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bordeaux est le seul de la région Nouvelle-Aquitaine à pouvoir effectuer des greffes de foie. A l'hôpital Xavier Arnozan à Pessac, les chirurgiens et patients célébraient la 1000ème greffe de foie vendredi.

C'est un chiffre symbolique et pourtant significatif pour le CHU de Bordeaux. 1000 patients ont pu bénéficier d'un nouveau foie depuis la première transplantation hépatique à Bordeaux en 1985.

Il s'agit principalement de personnes atteintes de cirrhose, de cancer du foie ou de maladies liées au diabète et à l'obésité, comme Bernard. Ses médecins lui ont diagnostiqué un cancer lorsqu'il avait 62 ans. Cet ancien expert-comptable a attendu 6 mois avant d'obtenir un nouveau foie.

Le parcours pour bénéficier d'une greffe est souvent très long et difficile pour les malades. L'attente peut être douloureuse et mal vécue, car les donneurs sont rares selon la professeure Laurence Chiche, qui dirige les opérations au CHU : " Pour être donneur il faut être en situation de mort cérébrale, c'est-à-dire avoir été victime d'un accident cardio-vasculaire (AVC) ou un accident de la route par exemple et ce type de mort est très très rare", précise-t-elle.

Une fois l'état de mort cérébrale constatée, les organes continuent de fonctionner et les chirurgiens ont très peu de temps pour transplanter. Bernard se souvient précisément du jour où l'Agence de biomédecine l'a appelé pour lui dire qu'ils avaient un donneur : "J'avais acheté un téléphone portable avec un numéro destiné uniquement à la greffe pour éviter les faux espoirs".

Evoquer la question du don même quand on est en bonne santé

Grâce à la greffe, les médecins l'ont guéri du cancer : "J'ai écrit à ma donneuse pour la remercier. C'est sa fille qui m'a répondu, me disant sa joie d'avoir permis ma renaissance et que sa mère vive un peu à travers moi".

Des histoires comme celle de Bernard, il y en a eu 1000 depuis en 32 ans à Bordeaux. Aujourd'hui, grâce au progrès de la médecine, tous les ans, 70 personnes bénéficient d'une greffe de foie au CHU de Bordeaux. Les transplantations s'effectuent à Haut-Lévèque à Pessac.

Toutefois, le nombre de maladies du foie diagnostiquées par les médecins augmentent et les donneurs manquent à l'appel. "Il y a encore beaucoup d'opposition de la part de la famille. 30% d'opposition au don d'organes. Il faut savoir qu'on demande ça au pire moment alors même que la question n'a jamais été évoquée." Pour augmenter le nombre de donneurs et donc les chances de survie des malades du foie, les médecins conseillent donc d'évoquer le plus tôt possible cette question avec sa famille, même lorsqu'on est en bonne santé.

Joëlle et Bernard ont reçu un nouveau foie au CHU de Bordeaux. Ils témoignent.

Au CHU de Bordeaux, la professeure Laurence Chiche lance un appel aux dons.