Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : un centre de dépistage du coronavirus devant la gare Saint-Jean

-
Par , France Bleu Gironde

Comme dans d'autres gares de France, un centre de dépistage contre le coronavirus a été inauguré, ce jeudi sur le parvis de la Gare Saint-Jean de Bordeaux. Il sera ouvert sur rendez-vous pendant "au moins six mois", six jours sur sept, entre 9 et 17 heures.

Deux personnes travaillent à l'intérieur du container de dépistage.
Deux personnes travaillent à l'intérieur du container de dépistage. © Radio France - Thomas Coignac

C'est un container qui a fait son apparition sur le parvis de la gare Saint-Jean. Installé ce jeudi 12 novembre, il abrite une cellule de dépistage contre la Covid-19. Pour installer ce box, la SNCF a signé un contrat avec Loxamed, une société de mobilité médicale, qui a déjà installé le même équipement gare de Lyon et gare de l'Est à Paris, le 5 novembre dernier, et en inaugure une autre à Marseille Saint-Charles, ce jeudi 12 novembre. 

Des boxes installés pour "au moins six mois", selon la SNCF, qui a choisi un lieu qui a "une très grande fréquentation, beaucoup de personnes qui viennent travailler à Bordeaux, qui partent pour Paris", explique Stéphane Lambert, le directeur territorial de SNCF Gares & Connexions. "Un lieu essentiel pour que les personnes puissent avoit une solution de test facile pendant leur trajet quotidien". 

Les personnes prioritaires le matin, les autres l'après-midi

On ne pourra tout de même pas entrer spontanément dans le box en descendant de son train, puisque le principe est qu'il faut avoir un rendez vous, qui se prend sur le site de Loxamed. Le test sera tout de même accessible pour les personnes n'ayant pas de rendez-vous, s'il y a un créneau libre. Les rendez-vous du matin seront réservés en priorité aux personnes cas contact ou présentant des symptômes. Ceux-ci recevront ensuite leur résultat plus rapidement, normalement dans les 24 heures, tandis que les autres pourraient attendre jusqu'à 72 heures.

Une des conditions vues avec la SNCF, c'est qu'il n'y ait pas la queue sur le parvis de la gare

L'idée, c'est de "pallier le problème des laboratoires qui sont pleins en ce moment", justifie Matthieu Guillotin, le directeur commercial de Loxamed. "Une des conditions vues avec la SNCF, c'est qu'il n'y ait pas la queue sur le parvis de la gare. Donc les tests se prennent sur rendez-vous". 

Le centre a été inauguré ce jeudi par Alain Rousset, le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Stéphane Lambert, de la SNCF et Matthieu Guillotin, de Loxamed.
Le centre a été inauguré ce jeudi par Alain Rousset, le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Stéphane Lambert, de la SNCF et Matthieu Guillotin, de Loxamed. © Radio France - Thomas Coignac

Ouvert du lundi au samedi de 9 à 17 heures, le container permettra de tester entre 100 et 200 personnes par jour, avec des tests PCR, qui fonctionnent avec un écouvillon dans le nez, et qui seront analysés par le laboratoire Eurofins, qui a détaché deux personnes, une infirmière et une assistante médicale pour assurer ces tests. A l'intérieur, le patient se fait prendre la température, remplit des formalités administratives, qui incluent d'accepter, en cas de test positif, une consultation sur la plateforme numérique Teledock. C'est ensuite le désagréable passage de l'écouvillon dans les deux narines. 

A l'intérieur le lieu de prélèvement, et, derrière le paravent, un bureau pour les formalités administratives.
A l'intérieur le lieu de prélèvement, et, derrière le paravent, un bureau pour les formalités administratives. © Radio France - Thomas Coignac

"Après les TGV sanitaires, sur lesquels la SNCF s'était engagée, ça démontre l'engagement de l'entreprise, une entreprise publique, pour contribuer à sa manière au traitement de cette crise", lance Stéphane Lambert. "Les gens qui voyagent ont besoin d'être en bonne santé, parce qu'ils vont croiser d'autres personnes, contrairement aux gens qui sont confinés chez eux", ajoute Matthieu Guillotin, dont l'entreprise a, en plus des gares, installé des containers de dépistage. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess