Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : l'hôpital J.Coeur à la pointe sur le dossier médical partagé

-
Par , France Bleu Berry

L'idée a été lancée en 2007... il aura fallu 11 ans pour qu'elle aboutisse : 1,5 million de dossiers médicaux partagés (DMP) ont été créés en France en seulement trois mois. Ce dossier regroupe toutes vos données de santé sur une sorte de carnet de santé numérique.

Le hall de l'hôpital Jacques Coeur à Bourges
Le hall de l'hôpital Jacques Coeur à Bourges © Radio France - Michel Benoit

C'est désormais, la caisse nationale d'assurance maladie qui gère le dispositif. L'objectif est d'atteindre les 40 millions de DMP en 2022.  Le centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges a toujours été aux avants-postes en ce domaine, il est le plus actif en région Centre depuis 2012 sur le dossier médical partagé : l'hôpital de Bourges en a créé 7.000...  Le centre hospitalier est doté des bons logiciels et l'alimentation de ce dossier médical, car ce n'est pas le tout de le créer, ne réclame aucun travail supplémentaire aux soignants... c'est automatique, explique le docteur Michel Massot, responsable de l'information médicale : " Quand un praticien de l'hôpital signe un courrier, un compte-rendu opératoire ou une ordonnance de sortie, automatiquement, ces éléments là sont dirigés vers le DMP et aussi vers la messagerie sécurisée de santé, vers les professionnels de santé destinataires. L'intérêt est évident pour tous et notamment pour les patients car les médecins ont une vision claire des actes déjà réalisés (ça évite les doublons)  et ça permet d'affiner souvent les diagnostics en réalisant des examens complémentaires en cas de doute. " 

Le docteur Michel Massot, gériatre et responsable de l'information médicale au centre hospitalier de Bourges.
Le docteur Michel Massot, gériatre et responsable de l'information médicale au centre hospitalier de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Reste maintenant à convaincre les autres partenaires des soins, et notamment les médecins généralistes qui sont les référents de santé, d'alimenter le DMP... Ce n'est pas encore gagné, car leurs logiciels ne sont pas forcément adaptés et cela leur prend un certain temps. En tout cas, Raymond, 75 ans, a créé son dossier médical partagé, dès 2013. Ce retraité souffre de plusieurs pathologies, et il estime que ce DMP c'est aussi un gain de temps pour les médecins : " Ils sont tous surbookés et ne peuvent plus prendre le temps, alors que la salel d'attente regorge de patients, de vous détailler l'ensemble des actes qu'ils vont pratiquer ou qu'ils ont demandé pour vous. Et puis, le dossier médical partagé, c'est très pratique si une médecin s'en va, son successeur est tout de suite au fait de votre cas. Ca aide aussi les pharmaciens pour les médicaments. L'information est claire pour tous. C'est quand même beaucoup mieux que le carnet de santé qu'on oubliait toujours." 

Raymond, 75 ans, adepte du dossier médical partagé depuis 2013
Raymond, 75 ans, adepte du dossier médical partagé depuis 2013 © Radio France - Michel Benoit

Certains patients ont des craintes sur la confidentialité des données : le docteur Massot estime que toutes les précautions sont prises : " C'est aussi sécurisé que lorsque vous consultez votre compte en banque via internet. Il n'y a pas de crainte à avoir. " Il est possible de créer soi-même son dossier médical partagé sur DMP.fr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess