Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Bourges : la prime Covid clive les services

-
Par , France Bleu Berry

Nouvelle journée d'action pour défendre l'hôpital en France : 250 personnes se sont rassemblées devant l'agence régionale de santé à Bourges en fin de matinée, à l'appel de la CGT, FO et Sud. Un peu avant, la CFDT Santé avait distribué des tracts à un rond-point.

la prime varie de 500 à 1.500 euros et n'est pas jugée toujours équitable
la prime varie de 500 à 1.500 euros et n'est pas jugée toujours équitable © Radio France - Michel Benoit

Les conclusions du Ségur de la santé sont attendues mi-juillet mais le gouvernement a déjà annoncé vouloir débloquer 6 milliards d'euros pour revaloriser les salaires des soignants. La prime Covid de 500 à 1.500 euros est versée en ce moment. 

Une prime différenciée qui met le feu aux poudres. Seuls 40 % maximum des personnels peuvent prétendre à la prime maximale de 1.500 euros principalement pour les services covid. Pour les autres, c'est 500 même pour ceux qui ont quand même soigné des coronavirus. 

Nous n'avons pas hésité à venir remplacer les week-ends et les jours fériés. Et qu'est-ce qu'on nous donne en contrepartie ? 500 euros !

Ces aides-soignantes en soins de suite et réadaptation de l'hôpital Jacques Coeur de Bourges sont dégoûtées : "Nous avons travaillé auprès des malades du Covid tous les jours, nous n'avons pas hésité un instant à venir remplacer les week-ends et les jours fériés. Et qu'est-ce qu'on nous donne en contrepartie ? 500 euros !  Si tout le monde avait eu 500 euros, on aurait avalé la pilule certains de nos propres cadres ont eu 1.500 euros ! C'est comme ci on nous mettait deux gifles ! "  Les syndicats auraient préféré une prime uniforme... outre une revalorisation des salaires, ils veulent des embauches et que les moyens aillent vraiment dans les services. 

La CFDT a mené une opération de tractage à un rond-point du centre de Bourges
La CFDT a mené une opération de tractage à un rond-point du centre de Bourges © Radio France - Michel Benoit

"Mauvaise gestion"

Ils dénoncent une administration trop lourde et trop peu efficace. Exemple à l'Ehpad de l'hôpital de Vierzon : "Certains plafonds s'écroulent, il y a des infiltrations dans les chambres des résidents. On a signalé cela depuis le mois de septembre, et rien ne bouge, explique Habiba Azouzi, secrétaire générale CFDT santé Sociaux dans le Cher. Je pense qu'il y a une mauvaise gestion. Il y a trop de postes administratifs notamment à l'ARS. Comme on dit chez nous, c'est une usine à gaz et on ne sait même pas à qui il faut s'adresser." 

La France est le pays européen qui consacre pourtant la part la plus importante de son produit intérieur brut à la santé : 11,3 % (données Eurostat 2017).  Pour Habiba Azouzi,  le compte n'y est pas dans les annonces du gouvernement : "Il faut augmenter les salaires évidemment, mais aussi créer des postes pour améliorer nos conditions de travail et lutter contre l'épuisement professionnel. Il faut également plus de matériels et plus de formation, c'est très important.. Les besoins sont immenses

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu