Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Bourges : les urgences du centre Hospitalier seront en grève mardi prochain

mardi 13 mars 2018 à 18:00 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Face à la saturation du service des urgences du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges, la CGT réclame des moyens. Le syndicat appelle à une grève le 20 mars. L'accueil sera néanmoins assuré par la réquisition du personnel.

La CGT appelle le personnel des urgences de l'hôpital de Bourges (Cher) à se mettre en grève le mardi 20 mars.
La CGT appelle le personnel des urgences de l'hôpital de Bourges (Cher) à se mettre en grève le mardi 20 mars. © Radio France - Michel Benoit

Cher, France

Depuis une dizaine de jours, les urgences de l'hôpital de Bourges doivent faire face à un afflux de patients qui a poussé la direction à déclencher le dispositif "Hôpital en tension" avec l'ouverture de 10 lits supplémentaires....  Pour la CGT, on est loin du compte, il faudrait ouvrir 30 lits pour désengorger le service. Pour Armelle Paris, secrétaire CGT au CH de Bourges, les urgences deviennent le dernier recours, faute de médecins de ville ou d'infirmières dans les maisons de retraite. 

Les urgences sont devenues un goulet d'étranglement" - Armelle Paris, secrétaire CGT du CH de Bourges

La secrétaire CGT précise, "les urgences sont devenues un goulet d'étranglement. Les personnes âgées des EHPAD se retrouvent aux urgences, faute d'infirmière la nuit dans les maisons de retraite ; certaines familles, le soir hésitent à aller dans les maisons de santé ou à appeler SOS médecins, car elles rechignent à avancer l'argent d'une consultation qui peut atteindre 75 euros. C'est plus simple d'aller aux urgences. Sans parler du manque de médecins de ville. De plus en plus partent en retraite et ne sont pas remplacés. Même le service pédiatrique du centre hospitalier renvoie les enfants vers les urgences, faute de médecin ! Tout cela, c'est la conséquence d'un laisser-aller en matière de santé depuis toutes ces années.  On est dans cette situation parce qu'on a un gouvernement qui veut casser l'hôpital public. " 

Le services des urgences de l'hôpital de Vierzon (Cher)  n'est pas épargné non plus. - Radio France
Le services des urgences de l'hôpital de Vierzon (Cher) n'est pas épargné non plus. © Radio France - Michel Benoit

On parle beaucoup des urgences à Bourges, mais ce phénomène d'engorgement est général. C'est la même chose à l'hôpital de Vierzon.  90 passages en moyenne par jour aux urgences de Vierzon en ce moment, c'est quasiment la moitié de plus qu'il y a quelques mois. Des médecins de ville partent en retraite et ne sont pas remplacés, avec une population vieillissante. Certains restent jusqu'à 4 jours aux urgences avant d'être transférés dans un service.  Intolérable pour Jean-Claude Houbion, de la CGT " Ils sont là, alignés en rang d'oignon dans les couloirs, souvent des personnes âgées, parfois même en partie dévêtues. Ce sont des conditions d'accueil indignes !

A Vierzon, la CFDT réclame la création de six postes

Une dizaine de lits ont été fermés selon les syndicats à Vierzon, en raison du déficit de l'hôpital. La CFDT a été reçue par le délégué départemental de l'agence régional de santé. Le syndicat réclame la création de 6 postes d'infirmiers et d'aides-soignants aux urgences. Pierre Macsay, est le secrétaire adjoint de la CFDT à l'hôpital de Vierzon : "On a le même effectif que lorsqu'on faisait 50 ou 60 passages quotidiens aux urgences. Ça ne peut pas continuer comme ça. Il faut savoir que sur Vierzon, on n'a pas d'équipe dédiée au service médical d'urgence et de réanimation (SMUR), c'est le personnel en poste aux urgences qui sort quand il y a une alerte, ce qui ampute la capacité de prise en charge. Quand on fait le transfert d'un patient sur Tours, il y a une heure aller, une heure retour et le temps passé sur place. Cela pénalise le service des urgences pendant plus de trois heures d'un infirmier, soit 50 % de son personnel."  

Les urgences de l'hôpital de Vierzon comptent 19 infirmiers aux total, ce qui est nettement en dessous des recommandations de la fédération des médecins urgentistes (SAMU urgences de France). Deux médecins du pôle médecine générale de l'hôpital de Vierzon sont également en arrêt, ce qui ne facilite pas les choses...