Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Bourges : une nouvelle arme contre le cancer

vendredi 8 juin 2018 à 15:46 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

La ligue contre le cancer fête ses 100 ans : le comité du Cher organise toute une série d'animations dans le centre de Bourges ce samedi: distribution de fruits, démonstration de zumba, batucada et fanfares... En parallèle, les équipements pour lutter contre le cancer se modernisent.

Le docteur Laurent Fenoll, oncologue-radiologue à la clinique St-Jean de St Doulchard, devant le nouvel appareil de radiothérapie Truebeam
Le docteur Laurent Fenoll, oncologue-radiologue à la clinique St-Jean de St Doulchard, devant le nouvel appareil de radiothérapie Truebeam © Radio France - Michel Benoit

Saint-Doulchard, France

Aujourd'hui, on guérit 94 % des cancers de la prostate, 87 % des cancers du sein. Les traitements progressent. Meilleure détection des tumeurs et traitement plus ciblé. Le centre d'oncologie St-Jean à St Doulchard, près de Bourges vient d'investir dans le nec plus ultra : un appareil de radiothérapie qui permet de traiter des tumeurs de 3 mm...

Cet accélérateur de particules fonctionne en stéréotaxie. Cela permet de repérer les organes en 3D, dans l'espace pour mieux cibler la radiothérapie. - Radio France
Cet accélérateur de particules fonctionne en stéréotaxie. Cela permet de repérer les organes en 3D, dans l'espace pour mieux cibler la radiothérapie. © Radio France - Michel Benoit

La difficulté, quand on repère de si petites tumeurs, c'est de pouvoir les traiter avec une très grande précision. C'est ce que permet cette nouvelle génération d'appareils de radiothérapie... Est-ce que vous imaginez la difficulté ? Aller bombarder des petites tumeurs de 3 mm, à l'intérieur de nos organes, des organes qui, le plus souvent bougent dans notre corps. Il faut donc les cibler avec une très grande précision, c'est ce que permet de genre de machine : " On a un repérage par scanner, en position de traitement, explique le docteur Laurent Fenoll, oncologue-radiologue à St Jean. On superpose en continu ces images en temps réel avec le scanner de repérage, établi préalablement  sur lequel on a défini la cible à traiter et les organes environnants à épargner. Ce qui accentue la précision." 

Avant de s'allonger sur la table de radiothérapie, le patient doit revêtir un masque de contention. Cela permet de limiter ses mouvements pour faciliter le traitement. - Radio France
Avant de s'allonger sur la table de radiothérapie, le patient doit revêtir un masque de contention. Cela permet de limiter ses mouvements pour faciliter le traitement. © Radio France - Michel Benoit

Quand on traite un cancer ORL, il faut épargner le moelle épinière, pour un cancer de la prostate, protéger la vessie. Cette nouvelle génération d'appareils dispose de lames de 5 mm, des lames mobiles qui viennent protéger les tissus périphériques. Leur rôle est très important : " C'est de se conformer au volume malade, au volume cible, et d'épargner les organes de voisinage." Une sorte de bouclier, qui permet de réduire les séquelles du traitement . Quand on traite un cancer de la gorge, on peut être amené à irradier les glandes salivaires en périphérie. Il y a quelques années, beaucoup de patients se retrouvaient avec la bouche sèche, ce qui est extrêmement désagréable. Aujourd'hui ce risque est beaucoup plus faible." précise le médecin. 

Un faux plafond de verdure a été peint pour relaxer au maximum le patient durant la radiothérapie. - Radio France
Un faux plafond de verdure a été peint pour relaxer au maximum le patient durant la radiothérapie. © Radio France - Michel Benoit

Des traitements plus précis qui permettent des doses de rayons plus fortes et donc de diviser le nombre de séances par 5 ou 6. Ce n'est pas négligeable pour les patients. La médecine qui ne cesse de progresser grâce à des équipements de plus en plus performants.