Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le + info de France Bleu Bourgogne

Bourgogne-France-Comté : un homme sur cinq atteint d'obésité

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est la journée mondiale de lutte contre l'obésité, jeudi 4 mars 2021. Cette maladie touche un homme sur cinq en Bourgogne-Franche-Comté selon une étude de 2016. Depuis près d'un an, les souffrances des personnes touchées par l'obésité se sont accentuées.

20% des hommes de Bourgogne-Franche-Comté sont atteints d'obésité selon une étude de 2016.
20% des hommes de Bourgogne-Franche-Comté sont atteints d'obésité selon une étude de 2016. © Maxppp - Maxppp

Il y en a un sur cinq. C'est la proportion d'hommes atteints d'obésité en Bourgogne-Franche-Comté selon une étude de l'Observatoire Régional de la Santé de 2016. Ce chiffre, 20%, il est supérieur à la moyenne nationale qui est de 17% d'hommes obèses. Un chiffre qui ressort alors le 4 mars 2021 est la date de la journée mondiale le la lutte contre l'obésité. Une maladie que beaucoup ont eu du mal à gérer depuis le début de la crise du Covid-19

"Il y a de plus en plus de dépressions en ce moment" - Joel, délégué des Outremangeurs anonymes en Côte-d'Or.

La dépression est l'un des risques qui guettent les personnes atteintes d'obésité. Joel, délégué des Outremangeurs anonymes en Côte-d'Or dit en voir plus depuis le début de la crise du coronavirus, l'année dernière. "Il y a de plus en plus de dépressions en ce moment, ça veut dire qu'ils sont plus dans leur canapé et dans le frigo qu'à aller courir ou à aller faire une balade", raconte-t-il.  Une souffrance psychologique aussi constatée par la nutritionniste Marie-Claude Brindisi, du CHU de Dijon. "Le confinement n'a pas amélioré les choses, notamment au niveau du comportement alimentaire", explique-t-elle. 

Une attitude qui se traduit dans l'Indice de Masse Corporelle, l'un des plus fiables pour déterminer l'obésité selon l'Organisation Mondiale de la Santé. C'est un indicateur qui calcule le rapport entre la taille et le poids, et détermine, à partir d'une certaine valeur, si l'on est obèse ou pas. Si cet indice dépasse 30, on parle d'obésité modérée. Entre 35 et 40, on passe à l'obésité sévère et au-delà de ce dernier chiffre, c'est l'obésité morbide. 

Souffrance et défis quotidiens

Pour guérir de l'obésité qui est considéré comme une maladie, c'est à chacun sa manière. Françoise se dit "si je ne peux pas mettre une jupe taille 48, c'est une alerte", explique-t-elle. "J'ai eu un témoignage en réunion : une personne a mis sur son frigo "ne prends pas ton corps pour une poubelle". Sur elle ça a marché, par pour moi", raconte Joel, 130 kilos sur la balance. 

"Tous les jours c'est compliqué mais il arrive un moment où on se dit : "là je ne peux plus attacher ma veste", donc il faut que je fasse quelque chose", poursuit Françoise. Ces aides peuvent venir de Marie-Claude Brindisi, nutritionniste au CHU de Dijon qui met en place des programmes alimentaires rigoureux, ou encore préconise des exercices physiques réguliers comme de la marche. Pas suffisant ? "Guérir de cette maladie, c'est à 50% de la volonté", affirme Joel, des Outremangeurs anonymes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess