Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les malades transférés en Bretagne depuis le Grand Est sont en réanimation

Les six patients, atteints du coronavirus, transférés des hôpitaux du Grand Est vers ceux de Brest et Quimper mardi après-midi sont en réanimation. Leur état est stabilisé pour l'heure.

L'hôpital de la cavale blanche, à Brest
L'hôpital de la cavale blanche, à Brest © Radio France - France Bleu Breizh Izel

Ils sont dans un état stable actuellement : les six malades du coronavirus transférés mardi après-midi du Grand Est vers les hôpitaux de Brest et Quimper sont hospitalisés dans les services réanimation. Quatre d'entre eux sont à La Cavale Blanche, deux autres à Quimper.

Des patients assez jeunes

Ces patients sont presque tous âgés de 50 à 65 ans. Des âges plutôt jeunes par rapport à ceux des patients accueillis habituellement en réanimation. "Ils étaient déjà tous stabilisés dans les hôpitaux de Mulhouse et Colmar, où ils se trouvaient depuis 2 à 5 jours, explique le professeur Erwan L'Her, chef du service réanimation à La Cavale Blanche. Ce sont des patients qui avaient des _besoins en oxygène stables_"

Les services hospitaliers ont rapidement pris contact avec les familles des patients, restées dans le Grand Est. Les patients ont été acheminés par avion militaire, en coordination avec le SAMU. A bord, deux respirateurs étaient prévus pour chaque lit, chacun branché sur le gaz ou l'électricité pour s'assurer de leur fonctionnement même en cas de défaillance d'un des systèmes.

“Ce n’est pas très aisé de transporter ces patients pour les services civils, précise Noureddine Chahir, directeur du SAMU du Finistère. On a fait appel aux services de l’armée, ils ont une expertise dans le domaine”. Un transfert effectué le plus rapidement possible : une heure de vol, puis une heure de prise en charge sur le tarmac de l'aéroport de Guipavas. “A notre connaissance, on n’a pas d’autres arrivées prévues, mais il n’est _pas exclu que d’autres établissements bretons participent à l’accueil de ces patients_", précise Noureddine Chahir.

Une prise en charge plus longue

Difficile pour les soignants de prévoir le temps de prise en charge en service réanimation. "En général, c’est très long pour les patients Covid, ça peut aller jusqu’à 20 ou 30 jours , indique Erwan L'Her. On a des temps beaucoup plus longs pour ces patients, avec des _besoins en oxygène importants très prolongés_, ce qui est assez inhabituel".

“La situation dans le Finistère est relativement calme par rapport au Grand Est et l'Ile-de-France, indique le docteur Jean-Marie Tonnelier, chef du pôle soins d'urgence à La Cavale Blanche. La décision d’accueillir des patients de l’Est a été prise rapidement et facilement”. _"_On s'attend tous à prendre la vague dans les jours qui viennent, mais on est incapable de prédire exactement quand ça arrivera", conclue-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu