Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Le personnel du CHU de Toulouse reprend une chanson d'Orelsan pour dénoncer ses conditions de travail

mardi 12 juin 2018 à 10:50 - Mis à jour le mardi 12 juin 2018 à 15:52 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie et France Bleu

Très active pour dénoncer la crise que traverse la fonction hospitalière, la CGT du CHU de Toulouse a publié lundi un clip montrant une équipe de soignants reprenant le tube du rappeur Orelsan "Basique". La vidéo cartonne sur les réseaux sociaux.

La vidéo a été postée lundi soir, le mardi matin à 09 heures, elle avait déjà fait 10.000 vues
La vidéo a été postée lundi soir, le mardi matin à 09 heures, elle avait déjà fait 10.000 vues - Capture Youtube.

Toulouse, France

Elle a été publiée lundi en fin d'après-midi, la vidéo a déjà été vue 23.000 fois sur Youtube en 24 heures et sur la page Facebook de la CGT CHU Toulouse, elle a été partagée 70.000 fois et vue 1,3 millions de fois! C'est à coup sûr, le meilleur coup de projecteur sur la situation des soignants toulousains, appuyé par un texte acéré qui n'épargne pas la direction. 

Message à la direction : "Vous n'avez pas les bases"

Tout y est dans le texte : course à la rentabilité, défaillances dans le traitement des patients, coupes dans les effectifs, personnel surmené, cas de suicides.

Le taf de quatre fait à deux, tu deviens pas Shiva même si t'es en transe (...) Si c'était ta mère dont je m'occupais, je ne pense pas que tu me dirais d'économiser (...) qu'on ne vienne pas me dire que je ne sais pas m'organiser quand soi-même on ne sait pas gérer (...) bobos, euros, dodo, c'est un système qui se délite à cause des abrutis d'en haut qu'on ose encore appeler des élites."

Fin janvier, la CGT s'était invitée dans les bureaux administratifs du CHU, à l'Hôtel-Dieu. - Radio France
Fin janvier, la CGT s'était invitée dans les bureaux administratifs du CHU, à l'Hôtel-Dieu. © Radio France - Bénédicte Dupont

Les coulisses de la vidéo, l'interprète est un infirmier libéral

En réalité, Jérémie, l'interprète de la chanson, n'est ni soignant au CHU ni adhérent à la CGT. Il est infirmier libéral, et musicien amateur. Ce sont ses amies de la promotion de l'école de la Croix-Rouge, aujourd’hui infirmières au service post-urgence-traumato de Purpan qui l'ont incité à reprendre la chanson qu'elles avaient commencé à écrire. Il l'a réécrite et arrangée avec son pianiste ingénieur du son. La CGT s'est ensuite proposée pour porter publiquement la vidéo. Le clip lui a été tourné le lundi 28 mai, avec une trentaine de figurants dont des soignants de l'Union, de Joseph Ducuing. Jérémie lui n'est pas militant mais les témoignages de ses amies l'ont touché. 

En libéral, on est en fin de chaîne et on récupère les patients qui sortent de l’hôpital alors qu'ils auraient dû rester en hospitalisation. Ce qui se passe dans le secteur de la santé publique ne donne vraiment pas envie d'y travailler. — Jérémie, l'interprète

Depuis la diffusion de la vidéo sur Facebook et Youtube, Jérémie est submergé de demandes d'interviews.

Graves dysfonctionnements à l'hôpital

Début avril, des documents internes confidentiel révélés par le site Médiacités mettent en lumière de graves dysfonctionnements aux hôpitaux de Toulouse. Cette fuite de documents à la suite d'une erreur informatique révèle un manque criant de personnel dans les services, et des incidents techniques, comme un défibrillateur qui ne marche pas, une coupure d'électricité en pleine opération chirurgicale, des problèmes graves qui peuvent parfois mettre en dangers la vie des patients.  La direction avait répondu sur France Bleu Occitanie : "Tout ne va pas bien au CHU de Toulouse, nous avons des difficultés budgétaires. Nous essayons d'y répondre par des réorganisations, pas par des suppressions de postes massives. Les syndicats ne veulent pas voir que l’hôpital évolue : les patients veulent de l'ambulatoire, nous devons nous réorganiser", avait plaidé la directrice Anne Ferrer.

Les hopitaux publics toulousains font face à une cascade de mouvements de grève depuis deux ans. - Radio France
Les hopitaux publics toulousains font face à une cascade de mouvements de grève depuis deux ans. © Radio France - Bénédicte Dupont

Ce mardi, la CGT, et SUD-Santé organisent une journée d'action cette fois à l’hôpital Marchant (qui ne dépend pas du CHU), l’hôpital psychiatrique public de Toulouse.  Ils déplorent là encore, le surnombre de patients et leurs conditions de travail et d’accueil.

En janvier dernier, les personnels hospitaliers avaient lancé sur Twitter le hashtag national #balancetonhosto.