Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"C'est déplacer le problème" : l'agacement des Toulousains après la fermeture des quais de la Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

Les berges de la Garonne sont fermées au public jusqu'au lundi 8 mars en raison des manquements aux gestes barrières. Une décision qui agace une partie des Toulousains.

Les berges de la Garonne désertes mais les Toulousains ont trouvé une solution de repli au bord de la route.
Les berges de la Garonne désertes mais les Toulousains ont trouvé une solution de repli au bord de la route. © Radio France - Hugo Charpentier

Les quais de la Daurade, la Prairie des Filtres et plus largement tous les quais de la Garonne sont fermés au public à compter de ce dimanche et jusqu'au lundi 8 mars. La préfecture de Haute-Garonne justifie cette décision par l'urgence de la situation sanitaire. "De nombreux rassemblements statiques sans respect de la distanciation physique, ni port du masque, ont été constatés ces derniers jours dans certains secteurs de Toulouse", indique la préfecture qui avait mis en place depuis le 27 février des contrôles renforcés des mesures sanitaires dans le centre-ville.  "Cette situation est de nature à accélérer fortement la propagation du virus dans la ville de Toulouse alors que le taux d'incidence y est élevé puisqu'il dépasse le seuil d'alerte maximale avec 259 cas positifs pour 100.000 habitants", ajoute le préfet de la Haute-Garonne, Étienne Guyot.

Une barrière empêche d'accéder aux berges depuis la place de la Daurade.
Une barrière empêche d'accéder aux berges depuis la place de la Daurade. © Radio France - Hugo Charpentier

Pour autant, les jeunes Toulousains semblent particulièrement agacés par cette décision. Ce dimanche midi,  Iona et ses amis avaient prévu de pique-niquer au bord de l'eau. Ils ont dû changer de programme devant les barrières et les vigiles stationnés sur la place de la Daurade. "Finalement on s'est posés sur un banc à côté de la route", soit juste au-dessus des berges de la Garonne désormais désertes. 

Et ils ne sont pas les seuls, les bancs publics sont tous occupés par des petits groupes d'amis. Ce qui fait dire à Malo que fermer les quais n'est pas "une mesure très efficace quand on voit touts les gens qui sont assis autour de nous, ça revient au même". "C'est juste déplacer le problème" renchérit son pote Martin particulièrement déçu. "Déjà que c'est pas facile depuis un an, là on nous enlève le dernier endroit agréable donc ça va commencer à être très lourd si ces lieux-là sont fermés."

C'est vrai qu'on était agglutinés sur les quais

D'autres flâneurs sont un peu plus partagés comme Aurélie : "C'est vrai qu'on était agglutinés sur les quais" admet cette jeune étudiante de 23 ans. "Mais je trouve quand même que c'est dommage parce que des jeunes risquent de se retrouver chez les uns et chez les autres et on sait que les rassemblements à l'intérieur et ce n'est pas plus sensé, au contraire." Un point de vue que partage Myriam mais en partie seulement "parce que malgré tout on est obligés de prendre des mesures par rapport au virus". Selon cette femme d'une cinquantaine d'années "si on veut faire quelque chose, si on veut éviter la propagation alors on est obligé malheureusement d'en passer par là".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess