Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"

"C'est du jamais vu" : le rush dans les pharmacies pour le vaccin contre la grippe

-
Par , France Bleu Berry

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté mardi 13 octobre. Les pharmacies font face à un afflux de patients inédit. Certaines sont donc en rupture de stock. Les personnes les plus vulnérables passent en priorité.

De nombreux pharmaciens craignent des ruptures de stock cette année concernant le vaccin contre la grippe.
De nombreux pharmaciens craignent des ruptures de stock cette année concernant le vaccin contre la grippe. © Radio France - Lionel Le Saux

En pleine épidémie de Covid-19, la vaccination contre la grippe est un enjeu de santé publique. Une campagne nationale a été lancée mardi 13 octobre pour encourager les plus fragiles à se vacciner. Les personnes de plus de 65 ans, les malades de pathologies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses : plus de 15 millions de Français ont reçu un bon pour se faire vacciner gratuitement. Le message de sensibilisation et de prévention semble être passé. "En deux jours, on a vendu ce qu'on vend normalement en un mois, c'est-à-dire 400 doses", explique Jocelyne Wittevrongel, dont la pharmacie est basée à Saint-Gaultier.

L'équivalent d'un mois de ventes en deux jours

Et c'est loin d'être un cas isolé. L'afflux a été massif dès les premiers jours de la campagne de vaccination. "Il y a un épisode de peur, une angoisse qui s'installe et les gens ont préféré prendre leur vaccin en avance", selon Jean-Paul Dorangeon, gérant de la pharmacie d'Etrechet, dans l'agglomération castelroussine. Lui a encore des doses de vaccins. "Ce qui m'inquiète, c'est de voir des gens qui ne sont pas ma patientèle et qui viennent chez moi parce qu'il y a des ruptures de stock dans d'autres pharmacies", précise-t-il.

On continue à vacciner de façon intense, c'est du jamais vu"

Les commandes de vaccins se passent entre décembre et février. À l'époque, la Covid-19 était encore loin des esprits. "Il y a des pharmacies qui attendent avec beaucoup d'impatience de nouvelles livraisons", souligne Jocelyne Wittevrongel.

Les vaccins en priorité pour les personnes vulnérables

Pour l'instant, les vaccins sont donc réservés aux personnes les plus vulnérables. Car les symptômes de la grippe et du Covid-19 sont les mêmes. "Il faut pouvoir faire un diagnostic différencié. Si une personne à risque est vaccinée, on partira directement sur un cas de Covid-19. Dans le cas contraire, on aura un doute et ça risque d'engorger les hôpitaux", prévient Jocelyne Wittevrongel.

On ne peut pas se permettre d'avoir deux épidémies concomitantes"

Ceux qui ne peuvent pas encore se faire vacciner ont quand même un rôle essentiel à jouer. Le respect des gestes barrière, notamment en se lavant les mains, est essentiel pour limiter les risques de tomber malade.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess