Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cabines UV : "Une peau bronzée est une peau blessée"

jeudi 11 octobre 2018 à 8:53 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Jean-Luc Rigon, dermatologue lorrain, se félicite de l'avis de l'Agence de sécurité sanitaire qui demande la fermeture des cabines de bronzage. Mais au Centre soleil à Metz, le gérant et les clients rejettent les recommandations de l'Anses. Ils défendent le principe de la liberté individuelle.

L'agence de sécurité sanitaire demande la fermeture des cabines de bronzage
L'agence de sécurité sanitaire demande la fermeture des cabines de bronzage © Maxppp - NEU Philippe

Moselle, France

Les jours des cabines de bronzages sont-ils comptés ? L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) demande "aux pouvoirs publics de prendre toute mesure de nature à faire cesser l'exposition de la population aux UV artificiels" devant le risque de cancer "avéré", dans un avis publié ce mercredi. 

Pour Jean-Luc Rigon, dermatologue à Nancy, membre du syndicat national des dermatologues et invité de France Bleu Lorraine, les risques des UV artificiels pour la peau ne sont plus à prouver :"C'est un avis qui a déjà été donné et à moins d'être un obscurantiste forcené on ne peut pas aller contre." Selon le spécialiste, cette pratique est plus dangereuse encore que l'exposition directe à la lumière naturelle. "Ce soleil en boite ce sont des UV surpuissants. On a fait le calcul que 1/4h dans une cabine à UV équivaut à 3h de plage."

Jean-Luc Rigon, membre du syndicat national des dermatologues

Une position tranchée qui n'est évidemment pas partagée par les professionnels. Rue Serpenoise à Metz, Romain Gernez qui gère Centre soleil avec huit cabines, affirme même que des dermatologues fréquentent ses cabines : "des médecins viennent bronzer chez moi, eux aussi veulent se relaxer ou prendre un petit teint. Certains m'envoient même des clients". "Ça n'existe pas répond Jean-Luc Rigon, ça me paraît hautement aberrant." 

Romain Gernez, responsable du Centre soleil à Metz, il possède huit cabine de bronzage. - Radio France
Romain Gernez, responsable du Centre soleil à Metz, il possède huit cabine de bronzage. © Radio France - François Pelleray

Lisa fréquente les cabines de bronzage depuis une trentaine d'années. Elle considère que "c'est une question de liberté individuelle. il ne faut pas interdire, chacun est responsable de soi. Sinon, interdisons également la cigarette. On est informé, on connait le règlement". 

Lisa, 57 ans, adepte du bronzage en cabine depuis une trentaine d'années. - Radio France
Lisa, 57 ans, adepte du bronzage en cabine depuis une trentaine d'années. © Radio France - François Pelleray

Romain Gernez assure fournir des conseils du début à la fin de la séance : "sur le temps d'exposition, sur l'hydratation de la peau après la séance, sur le type de cabine en fonction du phototype. Quand mes clients partent en vacances, je leur donne un programme d'exposition en fonction de l'indice UV du pays où ils vont". Romain Gernez n'accorde aucun crédit aux études scientifiques sur les risques de cancer, "ceux qui ont fait ces études, qu'ils viennent habiter en Lorraine et qu'ils nous disent ce qu'ils pensent du taux d'ensoleillement".