Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cancer colorectal : seulement 34% des Mosellans se font dépister

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Seulement 34% des Mosellans âgés de 50 à 74 ans se plient au dépistage, pourtant gratuit, du cancer colorectal. Alors, des médiateurs profitent de l’opération mars bleu pour aller au-devant des gens sur les marchés. Mais le sujet reste tabou.

L'équipe de médiatrices sur le marché de Metz-Borny.
L'équipe de médiatrices sur le marché de Metz-Borny. © Radio France - François Pelleray

Metz, France

Comme pour le cancer du sein, trop de gens refusent de faire le dépistage du cancer colorectal. C'est pourquoi dans le cadre de mars bleu, des médiateurs vont au-devant des gens comme ce vendredi sur le marché de Metz-Borny

A partir de 50 ans, et jusqu'à 74 ans, il faut faire le dépistage du cancer colorectal tous les deux ans. Soigné à temps, cela permet à quelques 30.000 personnes de s'en sortir chaque année, mais 17.500 en meurent. C'est le 2e cancer le plus meurtrier chez les femmes, le 3e chez les hommes. 

Faire de la prévention avec humour

Et pourtant, en Moselle, seulement 34% des personnes concernées se plient à ce dépistage gratuit. Alors, Francine, une médiatrice, dédramatise quand elle aborde les gens : "je le fais avec un peu d’humour, sur l’âge, vous n’avez pas encore 50 ans. Alors, certaines personnes sont pressées, elles me disent qu’elles n’ont pas le temps. Et d’autres s’arrêtent quand même".

Pour faire le test, il faut prélever avec une baguette un tout petit peu de selles, mettre cela dans un tube, puis dans une enveloppe en plastique et l'envoyer au laboratoire. 

Peur et négligence à l'origine des freins

Quels sont les freins ? Véronique Keller, infirmière à l'association mosellane de dépistage des maladies cancéreuses, a identifié plusieurs explications : "d’abord la peur de la maladie. Ensuite, la manipulation des selles peut rebuter. Enfin, il y a de la _négligence_, des gens estiment que ce n’est pas pour eux, ils n’ont pas de symptômes alors que 95% des cancers colorectaux surviennent après 50 ans". Et quand le cancer colorectal est détecté suffisamment tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10.

Véronique Keller, infirmière à l'association mosellane de dépistage des maladies cancéreuses, avec l'outils pour faire le prélèvement. - Radio France
Véronique Keller, infirmière à l'association mosellane de dépistage des maladies cancéreuses, avec l'outils pour faire le prélèvement. © Radio France - François Pelleray

Francine, une médiatrice, raconte comment se passe le test.