Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cancer colorectal : un Landais sur trois dépisté en 2020

-
Par , France Bleu Gascogne

Le mois du dépistage Mars bleu commence. Un mois pour sensibiliser les Landais au dépistage du cancer colorectal, deuxième cancer le pus meurtrier en France. Dans le département, seul un Landais sur trois a fait le test en 2019-2020.

Dans les Landes, 32,9% des habitants ont fait le test en 2019-2020 : seule 1 personne sur 3 en moyenne
Dans les Landes, 32,9% des habitants ont fait le test en 2019-2020 : seule 1 personne sur 3 en moyenne © Maxppp - MAXPPP

Vous avez peut-être entre 50 et 74 ans et vous n’avez encore jamais fait le test du cancer colorectal… C'est peut-être le moment de le faire. Le mois de Mars bleu commence, c’est l’occasion d’aller vous faire dépister. Le cancer colorectal, ou cancer du gros intestin, est le troisième cancer le plus fréquent en France, et surtout le deuxième cancer le plus meurtrier. Mais s’il est détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. Pourtant, dans les Landes, seul 1 Landais sur 3 a fait le test en 2019-2010.

Un cancer qui se développe souvent en silence

Le cancer colorectal est le cancer du gros intestin qui touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après 50 ans. Très majoritairement, c’est un cancer qui se développe sans symptôme, cela veut dire que si le cancer est diagnostiqué trop tard, des traitements très lourds seront nécessaires, explique le centre régional de coordination de dépistage des cancers de Nouvelle Aquitaine.

Le cancer colorectal se développe lentement, le plus souvent à partir de petites lésions. Le sang émis par ces lésions se retrouve dans les selles mais, très souvent, c’est impossible de voir ce sang à l’œil nu. Seul un test de dépistage peut le détecter.

Près de 33% des Landais ont fait le test

La participation en 2019 n’est que de 30,5% en France, rappelle le centre régional, et de 31,4% en Nouvelle-Aquitaine avec des écarts de participation selon les départements. Dans les Landes, 32,9% des habitants ont fait le test en 2019-2020 : seule 1 personne sur 3 en moyenne. Les femmes participent un peu mieux (34,2%) que les hommes (31,5%).

Ces Landais qui ont fait le test sont surtout les plus âgés, ceux qui ont déjà entre 70 et 74 ans : 38,9%, contre 30,3% pour la catégorie des 50-54 ans. Chez les personnes les plus âgées, les femmes sont aussi plus nombreuses à avoir fait le test : 39,6%, contre 37,7% d'hommes.

Un simple kit à demander à son médecin traitant

Il est possible de demander un test à votre médecin généraliste. Une fois chez vous, vous renvoyez un prélèvement de selles, par la poste, grâce à une enveloppe retour. Vos selles seront ensuite analysées par un laboratoire unique qui reçoit tous les tests.

Si le test est positif, comme 4% des cas dans les Landes l’année dernière, cela ne veut pas forcément dire que vous avez un cancer, mais que du sang a été détecté dans vos selle. Pour savoir s’il s’agit un cancer colorectal, il faudra alors faire  une coloscopie. 

Le centre de dépistage des cancers de Nouvelle Aquitaine rappelle qu’il est important de se faire tester au moins une fois tous les deux ans. Le test de dépistage est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, sans avance de frais. Vous pouvez donc le demander à votre médecin généraliste, mais aussi à votre gastro-entérologue, gynécologue, ou encore à un médecin de centre d’examen de santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess