Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Cancer de l’enfant : les médecins de la Timone se déplacent à Ajaccio

lundi 28 janvier 2019 à 20:18 Par Hélène Battini et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Le centre hospitalier de la Miséricorde à Ajaccio et celui de la Timone à Marseille ont officialisé ce lundi un partenariat. Les consultations du service d'Onco-pédiatrie pourront être délocalisées dans la cité impériale.

Les consultations du service d'Onco-pédiatrie de la Timone pourront être délocalisées dans la cité impériale.
Les consultations du service d'Onco-pédiatrie de la Timone pourront être délocalisées dans la cité impériale. © Radio France - Maxime Becmeur

Corse, France

Le cancer chez l'enfant est très rare, il représente entre 1 et 2 % de l'ensemble des cancers, environ 70 familles concernées en Corse mais c'est déjà trop. C'est pourquoi il est important de pouvoir leur apporter une aide logistique. Le docteur Sauveur Merlenghi, président du comité Corse-du-Sud de la Ligue contre le cancer est à l'origine de cette initiative. « Quand il s’agit d’enfants il faut souvent deux accompagnants. Passer une journée c’est pénible, long, fatiguant, pour des enfants déjà malades et des parents inquiets par la consultation…Depuis 5/6 ans on s’occupe beaucoup de l’Onco-pédiatrie, la pédiatrie est un peu délaissée en matière de recherche, de prise en charge, de traitement au niveau national et on a voulu d’un côté aider la recherche et de de l’autre faciliter l’accès aux malades. Il faut rapprocher des hôpitaux, des universitaires, mettre en place les moyens, voilà c’est fait nous en sommes satisfaits…c’est toujours une injustice la maladie chez un enfant. »

Les professeurs et médecins spécialistes viendront sur l’île tous les trois mois. - Radio France
Les professeurs et médecins spécialistes viendront sur l’île tous les trois mois. © Radio France - Maxime Becmeur

Un partenariat important pour le quotidien des familles, puisqu’il permettra aux jeunes malades corses de ne pas avoir à se déplacer jusqu'à Marseille. Les professeurs et médecins spécialistes viendront sur l’île tous les trois mois. Laetitia Cucchi, la présidente de l'association Inseme, qui vient en aide aux malades contraints de se déplacer sur le continent. « C’est vraiment un jour à marquer d’une pierre blanche pour nous et pour les malades. Il faut se mobiliser pour améliorer la prise en charge des déplacements obligatoires mais on n’oublie jamais que les déplacements les moins douloureux, moins onéreux et moins injustes sont ceux qu’on ne fait pas. »

Pour ces familles, les difficultés sont nombreuses, comme en témoigne Céline Fanchi, la maman de la petite Lily, malade depuis quatre ans. « On a des difficultés logistiques parce qu’il faut faire garder notre enfant quand on doit aller à la Timone. Des _difficultés émotionnelles_, en plus de nos émotions à nous il y a celle de notre fille. »

Transfert de compétences

A partir de fin février, le service d'Onco-pédiatrie s'installera donc ponctuellement à Ajaccio. Le professeur Nicolas André, de l'hôpital de la Timone. « On ne voulait surtout pas qu’il y ait de perte de qualité de soin pour les patients corses, on commence par faire simple, la compétence c’est nous qui allons l’amener parce que c’est de la consultation. _Il y aura des échographies mais qui peuvent être faites sans problèmes par les médecins locaux_, pour le moment il n’y a pas de transfert de technologie ou d’expertise. » Un partenariat dans un premier temps sur un transfert de compétences. La direction de l'hôpital d'Ajaccio espère aller plus loin à l'avenir.