Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cancer de la prostate : comme Jean-Pierre Pernaut, 70.000 nouveaux cas chaque année

mercredi 26 septembre 2018 à 8:38 Par Pierre Emparan, France Bleu Provence et France Bleu

Le présentateur vedette du journal de 13h de TF1 Jean-Pierre Pernaut a été récemment opéré pour un cancer de la prostate. 70.000 cas sont diagnostiqués chaque année, c'est plus que le cancer du sein et du poumon. L'association des malades du cancer de la prostate salue le courage du journaliste.

Jean Pierre Pernaut
Jean Pierre Pernaut © AFP - CHARLY TRIBALLEAU

Le journaliste Jean-Pierre Pernaut, 68 ans, a annoncé mardi avoir été opéré d’un cancer de la prostate. En dévoilant sa maladie sur Twitter, celui qui détient le record de longévité aux commandes d’un journal télévisé - il a fêté ses 30 ans de présentation en février dernier - et qui compte chaque jours cinq millions de téléspectateurs (40% de part de marché), lève un tabou. "Je dois m’absenter quelque temps de la présentation du JT de 13H. J’ai en effet subi une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate. Tout va bien." 

"C’est son choix. Jean-Pierre Pernaut a pensé que dire la réalité était la meilleure démarche", a indique-t-on au sein de la chaîne TF1 au journal le Parisien/Aujourd’hui en France.  

70.000 nouveaux cas chaque année

Le cancer de la prostate c'est 70.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, c'est à dire plus que le cancer du sein et le cancer du poumon. Une maladie qui se soigne très bien si elle est détecté à temps. Le dépistage du cancer de la prostate s'effectue soit par une prise de sang permettant le dosage du PSA (antigène prostatique spécifique), soit par toucher rectal (examen de la prostate en introduisant un doigt ganté dans le rectum).

"Si vous avez des inquiétudes concernant des troubles urinaires (difficulté ou incapacité à uriner, besoin plus fréquent d’uriner, douleurs ou brûlures…), des éjaculations douloureuses ou des troubles de l’éjaculation, consultez votre médecin pour les lui signaler. Cela ne signifie pas nécessairement que vous avez un cancer. L’hypertrophie bénigne de la prostate ou la prostatite peuvent avoir des symptômes similaires à ceux du cancer de la prostate" précise le site de l'assurance maladie www.ameli.fr

"Bravo pour votre honnêteté, ensemble brisons un tabou"

L'association nationale des malades du cancer de la prostate (Anamacap) félicite Jean-Pierre Pernaut. "Je salue sa transparence, son courage, son honnêteté. On utilise encore trop les termes de longues maladie pour parler du cancer en France" confie Roland Muntz, le président de l'Anamacap au journal le Parisien/Aujourd'hui en France

Il rappelle en particulier que le cancer de la prostate "fait l'objet d’ironie déplacée ", car la maladie touche à la virilité. L'Anamacap souhaite un "prompt rétablissement à Monsieur Pernaut. Bravo pour votre honnêteté. Ensemble, brisons les tabous sur le cancer de la prostate. Tabou qui touche à la virilité".  

  - Aucun(e)
- Capture d'écran