Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cancer du col de l'utérus : le centre de Charente-Maritime appelle au dépistage

-
Par , France Bleu La Rochelle

En Nouvelle-Aquitaine, 600 000 femmes ne se font pas dépister assez régulièrement contre le cancer du col de l'utérus. Il pourrait pourtant être évité. Le dépistage permet de déceler le cancer avant même qu'il n'apparaisse. Une campagne de dépistage débute ce lundi 25 janvier.

Une analyse de sang, à la recherche du papillomavirus, responsable des cancers du col de l'utérus
Une analyse de sang, à la recherche du papillomavirus, responsable des cancers du col de l'utérus © Maxppp - Richard Villalon

Pour vous protéger, faites-vous dépister. A l'occasion de la 15e semaine européenne de lutte contre le cancer du col de l'utérus, le centre départemental de coordination de la prévention des dépistages des cancers en Charente-Maritime, sensibilise les femmes âgées de 25 à 65 ans.

"Le dépistage en amont permet de repérer des anomalies, des formes pré-cancéreuses, ou des cancers à un stade précoce, peu avancés, qui sont beaucoup plus faciles à traiter, et dont on sait que les chances de guérison sont meilleures", explique le docteur Anne Feyler, la coordinatrice du centre départemental en Charente-Maritime.

Cette année, toutes les femmes concernées par cette tranche d'âge vont recevoir une invitation à se faire dépister. Car rien qu'en Nouvelle-Aquitaine, 600 000 femmes ne font pas de dépistage régulièrement. "De 25 à 29 ans, un prélèvement cervico-utérin est recommandé tous les trois ans, et deux frottis normaux à un an d'intervalle", rappelle le docteur Anne Feyler. "De 30 à 65 ans, c'est le même prélèvement, mais avec d'autres analyses : on va rechercher la présence de virus dans les cellules du col de l'utérus. Et ça, c'est à faire tous les cinq ans". Le Dr Feyler rappelle que ce dépistage simple "peut être fait par le gynécologue, mais également par le médecin traitant, ou une sage-femme, ou encore un médecin biologiste en laboratoire".

Vaccination pour les filles et les garçons entre 11 et 14 ans

Le dépistage n'est pas le seul moyen de prévention. Quasiment 100% des cancers du col de l'utérus ont un point commun : ils sont causés par un papillomavirus. "C'est un virus sexuellement transmissible, qu'il y ait pénétration ou non", explique le docteur Anne Feyler. Et le seul moyen de lutter contre les papillomavirus les plus classiques et virulents, c'est le vaccin : "pour les jeunes filles et les jeunes garçons de 11 à 14 ans. Avec la possibilité de se rattraper jusqu'à 19 ans, moyennant une dose supplémentaire".

Mais ce vaccin ne dispense pas des dépistages pour les femmes, prévient le Dr Feyler : "il lutte contre les formes les plus graves, mais pas contre tous les papillomavirus. En tant que femme, il faut donc _d'abord se faire vacciner à l'adolescence, puis se faire dépister régulièrement à l'âge adulte_". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess