Santé – Sciences

Cancer du sein : 4 femmes sur 10 ne se font pas dépister dans l’Yonne

Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre mardi 27 septembre 2016 à 21:18

Dans l'Yonne, 58% des femmes concernées ont participé au dépistage organisé
Dans l'Yonne, 58% des femmes concernées ont participé au dépistage organisé © Maxppp -

Tous les ans, au début de l’automne, c'est octobre rose : une campagne de sensibilisation pour promouvoir le dépistage du cancer du sein. Dans l’Yonne, le dépistage organisé porte ses fruits, même s’il y a encore trop de femmes qui ne répondent pas aux invitations.

En France, le cancer du sein reste le cancer le plus meurtrier chez la femme, avec 12 000 décès par an. On estime qu'une femme sur huit est, ou sera concernée par cette maladie. Dans l'Yonne, depuis 2004, il existe un dépistage organisé du cancer du sein. Dès 50 ans, les femmes sont invitées à se faire dépister gratuitement, tous les deux ans. En 12 ans, ce dépistage organisé a permis de diagnostiquer 1 200 cancers dans notre département. "Et 90% des femmes diagnostiquées sont guéries dans les 5 ans", précise le docteur Stéphane Cornelis, directeur de l’AIDEC, l’association icaunaise de dépistage des cancers.

Des tumeurs de moins de 20 millimètres

Ce dépistage organisé concerne toutes les femmes dès l’âge de 50 ans. Il s’agit d’une invitation à se faire dépister gratuitement, tous les deux ans. Ces mammographies régulières permettent de diagnostiquer des tumeurs très petites, parfois de moins de 20 millimètres, souvent repérées avant l'apparition des premiers symptômes. "L'avantage de les détecter si tôt", poursuit Stéphane Cornélis, "c’est évidemment, c'est que les traitements sont moins lourds. Les chirurgies plus localisées, moins invasives."

58% des Icaunaises ont répondu en 2015

Mais encore faut-il que les femmes répondent à l'appel. 58% des icaunaises concernées ont fait leur mammographie de dépistages l'an dernier. "C'est un peu au-dessus de la moyenne nationale, qui est de 52% ", se réjouit Stéphane Cornelis, "mais on peut, on doit faire mieux". Le médecin note d’ailleurs une chute de la participation à partir de 68 ou 70 ans.

La politique de l’autruche a encore des adeptes

Il y aussi, toujours, des adeptes de la politiques de l’autruche. Des femmes qui préfèrent ne rien savoir plutôt que de prendre le risque d’apprendre une mauvaise nouvelle. "C’est compréhensible sur le plan de la psychologie", reconnaît le médecin, "mais c’est dommage, car plus on les détectes tôt, moins les traitements pour combattre les tumeurs sont lourds", martèle Stéphane Cornelis. Malgré tout, le dépistage organisé a permis de faire baisser la mortalité du cancer du sein de 25% en France. Les médecins rappellent aussi qu'avec une meilleure hygiène de vie, 40% des cancers, de tous les cancers, pourraient être évités. "Cela veut dire arrêter le tabac, éviter l'alcool, faire du sport et manger plus de fruits et légumes", précise le Docteur Serge Tcherakian, président de la Ligue contre le cancer dans l’Yonne.

Je constate que le taux de participation baisse à partir de 68 ans

Octobre rose : des animations dans tout le département

Dans l'Yonne, le mois d'octobre Rose a été lancé officiellement mardi 27 septembre. Il y aura des événements tout au long du mois : notamment un forum santé à Avallon, samedi 1er octobre, de 9h à 12h30, place Vauban. Il y aura aussi des stands d’informations dans les hôpitaux et les cliniques d’Auxerre et de Sens, sur le marché de Migennes (jeudi 13 octobre) et au centre commercial Fontaines des Clairions à Auxerre (samedi 15 octobre). Dimanche 30 octobre, la chanteuse Christelle Loury sera à l’Orangerie, à Saint Sauveur en Puisaye, à l’appel de l’association Cap-Saint-Martin qui aide les malades.

Odysséa, une course pour récolter des fonds. Ce sera le 16 octobre à Auxerre - Maxppp
Odysséa, une course pour récolter des fonds. Ce sera le 16 octobre à Auxerre © Maxppp -

Odysséa : la course qui fait du bien à la recherche

L’un des moments forts d’octobre rose, dans l’Yonne, ce sera la 4e édition de la course/marche Odyssea, à Auxerre. Une course de 5 kilomètres ouvertes à tous. Les frais d’inscription seront reversés à des chercheurs. Ils s’élèvent à 8 euros si vous vous inscrivez en avance. 11 euros si vous vous inscrivez le jour-même. Cette course attire de plus en plus de monde. En 2013, pour la première édition, il y avait 800 personnes. Cette année, on en attend 4000.