Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Cancer du sein : "quand on entend le mot cancer, on se dit que c'est la fin"

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est parti pour Octobre rose, le mois consacré au dépistage du cancer du sein. Avec plus que jamais ce message à marteler : un cancer détecté tôt est un cancer qui se guérit mieux. Faites vous dépister !

Noëlle Nébois se bat depuis 2016 contre le cancer du sein
Noëlle Nébois se bat depuis 2016 contre le cancer du sein © Radio France - Arnaud Racapé

Vaincre la maladie, c'est possible : ce mardi matin sur France Bleu Bourgogne, on vous propose le témoignage d'une Dijonnaise, aujourd'hui considérée comme en rémission. Noëlle Nébois, 52 ans, diagnostiquée à l'été 2016, grâce au dépistage, justement : "je l'ai découvert au cours d'une mammographie de contrôle, tout simplement. J'y allais tranquillement, les mains dans les poches, j'en suis ressortie abasourdie ; le verdict était là : cancer du sein."

"On se dit que c'est la fin"

D'abord choquée et perdue, Noëlle va vite relever la tête. "Choquée, perdue, vous vous retrouvez seule face à ce mot, quand on l'entend on se dit que c'est la fin, on ne se dit pas qu'il y a un traitement, une possibilité de guérison. Dans un premier temps, la seule chose que j'ai vue, c'est la galère. Tout de suite je me suis dit, on relève les manches, il faut le combattre, il est là. 

Noëlle ne le cache pas, seule, elle n'aurait sans doute pas trouvé la force, les ressources pour vaincre la maladie. "Mon entourage a été très présent, mes amis, mes collègues de travail. L'entourage, c'est très important, il ne faut surtout pas rester dans son coin, il faut parler."

"Ne pas rester seul dans son coin"

Elle a également trouvé le réconfort dans les forums en ligne, auprès d'autres malades. "Je me suis tournée aussi vers les réseaux sociaux, j'ai trouvé mon réseau cancer du sein, j'a trouvé d'autres personnes comme moi, et ça m'a soulagée, parce qu'enfin je n'imposais pas tout ça à mon entourage proche. Je le voyais dans leurs yeux, la maladie les touchait beaucoup, je voulais les laisser un peu tranquille, en parler avec d'autres."

"Il faut expliquer qu'il y a plusieurs grandes de cancer. C'est vrai, le cancer du sein se guérit mieux, mais il tue toujours beaucoup (12.000 victimes en 2018, ndlr). Il y a beaucoup de jeunes de 25 ans qui tombent malades. Moi je pense que le dépistage est très très important, il faut pas le négliger, à la moindre douleur, il faut pousser votre gynécologiste ou votre docteur à faire des examens plus poussés.  Plus tôt il est pris, moins le traitement est lourd, mieux on guérit."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu