Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cancer lié aux prothèses mammaires : plusieurs femmes portent plainte

Des porteuses d'implants mammaires ont saisi la justice ce mercredi, révèle la cellule Investigation de Radio France. Les prothèses texturées sont soupçonnées de pouvoir provoquer une forme rare de cancer. Elles doivent être réévaluées ce mois-ci.

Certains types de prothèses mammaires pourraient être interdits.
Certains types de prothèses mammaires pourraient être interdits. © AFP - MIGUEL MEDINA

Plusieurs porteuses d'implants mammaires ont saisi la justice mercredi 6 février, révèle la cellule investigation de Radio France. Dans leur viseur : le fabricant de prothèses Allergan, mais aussi l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Deux plaintes ont été déposées.

Deux plaintes à Paris, une à Marseille 

Deux femmes ont saisi la justice à Paris, pour "mise en danger de la vie d'autrui". Une autre plainte doit être déposée à Marseille ce jeudi, pour "blessures involontaires" et "tromperie aggravée". À Marseille, la plaignante est une jeune femme qui a développé un lymphome anaplasique à grandes cellules. Un cancer lié aux prothèses qui est rare, mais en constante augmentation.                       

À ce jour, on dénombre 59 cas en France en 10 ans. Au moins trois femmes en sont mortes. Les victimes portaient toutes des prothèses "texturées", c'est-à-dire à enveloppe rugueuse, qui représentent 85 % du marché français.  

L'ANSM pourrait interdire certaines prothèses 

Après une concertation publique qui se tient ce jeudi 7 et vendredi 8 février 2019, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, l'Agence nationale de sécurité du médicament pourrait décider d'interdire certains types de prothèses en France. 

En décembre, quelques semaines après les révélations de Radio France dans le cadre des "Implant files", le fabricant Allergan, leader sur le marché de la chirurgie esthétique, a perdu son autorisation à commercialiser ses prothèses texturées dans les pays de l'Union européenne.                       

En France, on estime à 500.000 le nombre de femmes porteuses d'implants mammaires. Environ 80% des implantations ont été effectuées pour des raisons esthétiques, le reste dans le cadre de reconstructions après un cancer du sein ou une mastectomie.

Choix de la station

France Bleu