Santé – Sciences

Cancérologie : des patients du Centre René Gauducheau se mobilisent contre le transfert sur l'Ile de Nantes

Par Pascale Boucherie, France Bleu La Rochelle et France Bleu Loire Océan vendredi 8 septembre 2017 à 16:37

Le collectif des usagers du centre René Gauducheau vient de voir le jour.
Le collectif des usagers du centre René Gauducheau vient de voir le jour. © Radio France - Pascale Boucherie

Une nouvelle association vient de se créer au centre de cancérologie René Gauducheau. Une association de patients opposés au transfert de l'établissement sur l'Ile de Nantes. Ils trouvent impensable de devoir se soigner ailleurs que sur l'actuel site de Saint-Herblain.

Ils se sont rencontrés dans une salle d'attente. Ils habitent Vigneux-de-Bretagne ou Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Ces patients qui font régulièrement l'aller-retour avec le centre René Gauducheau de Saint-Herblain pour traiter leur cancer, trouvent impensable de transférer l'actuel site sur l'Ile de Nantes. C'est pourtant ce qui est prévu avec le regroupement en centre ville des deux hôpitaux publics de l'agglomération, Hôtel-Dieu et l'hôpital Nord, actuellement distants de 12 km.

Ces patients ont créé le "collectif des usagers du centre René Gauducheau" en juillet dernier. Leur première action, c'est une pétition pour dire "non au déménagement de l'institut" (elle se consulte en cliquant sur ces mots). Ils viennent aussi d'envoyer une lettre ouverte, notamment aux maires de Nantes et de Saint-Herblain, à l'Agence Régionale de la Santé et au ministère de la Santé.

23.000 patients chaque année

Le centre Gauducheau accueille chaque année 23 000 patients. On y vient se faire traiter contre le cancer de tout le Grand Ouest (de la Rochelle à Tours, Alençon, ou Brest).
Anne-Gaëlle Le Cloërec est l'une de ces patientes, elle est aussi désormais secrétaire de l'association. Quand on est atteint du cancer dit elle, la relation avec un centre hospitalier c'est plus qu'une relation sanitaire, c'est aussi un lien affectif et émotionnel.

J'emmène régulièrement mes enfants, ma famille, mes amis au centre René Gauducheau. On peut se garer facilement. C'est un centre éclairé, ouvert, accueillant. Ils s'y sentent bien, loin des préoccupations de mon cancer. Si le centre déménage, je pense qu'on perdra cet aspect agréable. On ne veut pas se retrouver emmurer dans un cadre urbain et difficile d'accès- Anne-Gaëlle Le Cloërec."

"Impensable de prendre les transports en commun après une chimio"

Le président de l'association, Philippe Trotté est lui aussi très attaché à l'actuel centre, notamment en raison de son accessibilité.

Pour ma part, j'ai eu des chimios où j'étais complètement HS, avec en plus un tuyau branché sur moi et qui dépasse. On nous parle de transports en commun sur l'Ile de Nantes. Mais un malade qui sort d'une chimio est incapable de prendre les transports en commun- Philippe Trotté."

Pour ces patients, l'environnement du centre René Gauducheau est tellement important qu'ils envoient à leurs proches des photos comme celle-ci prise depuis leur chambre. - Aucun(e)
Pour ces patients, l'environnement du centre René Gauducheau est tellement important qu'ils envoient à leurs proches des photos comme celle-ci prise depuis leur chambre. - Philippe Trotté

Le refus de déménager de ces patients s'ajoute à celui des médecins et des représentants du personnel du centre. La livraison du futur CHU sur l'Ile de Nantes est prévue pour 2026.

LIRE AUSSI : Visite Virtuelle du futur CHU de Nantes.