Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Cancers : le centre Oscar Lambret lance une campagne pour inciter les femmes à se faire dépister

Par

"On a toutes un bon motif de faire son suivi gynéco" : c'est le slogan que lance, en ce début d'été, le centre Oscar-Lambret à Lille. Il accentue pendant les prochains mois la communication autour du dépistage des cancers féminins. Encore trop de femmes n'ont aucun suivi gynécologique.

Delphine Hudry, chirurgien-gynécologue-oncologue au centre Oscar-Lambret, rappelle que 90% des cancers féminins peuvent être guéris s'ils sont dépistés tôt Delphine Hudry, chirurgien-gynécologue-oncologue au centre Oscar-Lambret, rappelle que 90% des cancers féminins peuvent être guéris s'ils sont dépistés tôt
Delphine Hudry, chirurgien-gynécologue-oncologue au centre Oscar-Lambret, rappelle que 90% des cancers féminins peuvent être guéris s'ils sont dépistés tôt © Radio France - Cécile Bidault

Le centre Oscar-Lambret, à Lille, lance une grande campagne de sensibilisation en direction des femmes. Centre de référence dans le traitement des cancers, le "COL" communique, depuis la mi-juin, autour d’un slogan : "on a toutes un bon motif de faire son suivi gynéco". 

Publicité
Logo France Bleu

Les cancers féminins –du sein, des ovaires, de l’utérus, de l’endomètre- touchent 75 000 femmes par an en France. Dans les Hauts-de-France, la mortalité par cancer est la plus élevée du pays : 10 à 20% supérieure à la moyenne nationale. Cette campagne de sensibilisation passe par de l’information et de la pédagogie sur internet et les réseaux sociaux, et par des challenges à réaliser entre femmes, pour améliorer le dépistage.

40% des femmes ne passent jamais de mammographie

Aujourd'hui, la moitié des femmes ne réalise jamais de frottis. Quatre femmes sur dix ne passent jamais de mammographie. Or s’ils sont détectés tôt, 90% des cancers féminins peuvent être guéris. Dephine Hudry, chirurgien-gynécologue-oncologue au centre Oscar-Lambret, se rend compte en voyant arriver des malades, que le message a du mal à passer : "ce sont souvent des stades avancés, et des femmes qui n'ont pas eu de visite, pour un examen gynécologique complet, dans les 10 ou 20 ans qui ont précédé. Le dépistage est efficace, il faut que ça rentre absolument dans les habitudes des femmes". La règle est simple : un suivi annuel chez un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme.

loading

Preuve de l'efficacité de ce suivi avec Sabrina Durieux. Cette habitante de Oignies a 39 ans. Sa mère est décédée à 45 ans d’un cancer des ovaires. Elle a commencé très tôt à se faire dépister, une épreuve nécessaire pour elle, car elle était porteuse d'un gène qui augmentait les risques : "c'était une grande angoisse, une épée de Damoclès au-dessus de la tête". 

Faites-vous dépister, n'attendez pas

Cette surveillance l’a conduite à se faire opérer : ablation des seins et des ovaires. Aujourd’hui, la peur du cancer est derrière elle, et elle a un message pour toutes les femmes qui ne se font pas dépister : "surtout allez régulièrement vous faire dépister, n'attendez pas. Ça peut arriver à n'importe qui, il ne faut pas prendre ça à la légère. Aujourd'hui, je suis sereine, je veux profiter de la vie, et si je peux être un exemple, c'est tant mieux".

EN SAVOIR PLUS : le site du Centre Oscar-Lambret

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu