Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Canicule : aux urgences de l'hôpital Mercy, "une activité plutôt habituelle, ce qui ne veut pas dire que ça va bien"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était en visite, ce mercredi, au CHR de Metz-Thionville et plus précisément aux urgences de l'hôpital Mercy, pour observer l'organisation suite à la vague de chaleur.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en compagnie de la directrice du CHR et du chef des urgences
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en compagnie de la directrice du CHR et du chef des urgences © Radio France - Magali Fichter

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, était au CHR de Metz-Thionville, ce mercredi, plus particulièrement aux urgences de l'hôpital de Mercy, pour une visite organisée en dernière minute et consacrée à l'organisation du personnel de santé face à la canicule.

Une visite qui a commencé à l'accueil des urgences à proprement parler. Ici, en ce premier jour de canicule, "l'activité est plutôt habituelle, explique le chef des urgences, le docteur François Braun, ce qui ne veut pas dire que ça va bien". Et en effet, il suffit de regarder l'écran où défilent les noms des patients présents. 

Agnès Buzyn regarde l'écran qui indique les patients présents aux urgences
Agnès Buzyn regarde l'écran qui indique les patients présents aux urgences © Radio France - Magali Fichter

Ceux qui ont une icône rouge représentent les malades qui sont là depuis plus de deux heures, et il y en a plus d'une dizaine sur 15 au moment où nous passons. C'est beaucoup, surtout que nous sommes à un horaire plutôt calme, et dans le cadre d'une visite ministérielle.

400 appels dans la matinée au SAMU

Néanmoins, c'est surtout au centre 15, qui reçoit les appels au SAMU, que la canicule se fait déjà sentir. 400 appels, rien que dans la matinée, c'est plus que d'habitude et ce n'est que le début, selon Vanessa Solviche, cadre de santé : "Cela va encore monter en charge, ce n'est jamais immédiat par rapport au coup de chaleur". Des appels qui émanent de tous les publics, du malaise en entreprise aux personnes âgées. 

Le centre de régulation du SAMU au CHR de Metz-Thionville
Le centre de régulation du SAMU au CHR de Metz-Thionville © Radio France - Magali Fichter

Et il faut aussi pouvoir répondre en termes de moyens de transports : "Quand il y a une simultanéité des besoins, on n'a pas toujours le nombre d'ambulances nécessaires pour le transport urgent. On travaille en collaboration avec les pompiers, mais eux aussi ont leurs activités." Tout reste pour l'instant sous contrôle, cela dit, selon la cadre de santé.

"En cas de crise, le réflexe du soignant revient en première ligne, on pense d'abord à soigner les gens" - Agnès Buzyn

La ministre, elle veut rendre hommage aux soignants qui répondent présent malgré les tensions dans le milieu hospitalier : "En cas de crise, le réflexe du soignant revient en première ligne, on pense d'abord à soigner les gens".  Rappelons quand même que le choix de Metz pour cette visite n'est pas anodin : les locaux sont relativement neufs, et jusqu'à présent, l'hôpital n'a pas été touché par les mouvements sociaux. Pour l'instant seulement : un préavis de grève est déposé pour lundi 1er juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess