Santé – Sciences

Cantal : son épouse est battue aux élections, le médecin ferme son cabinet

France Bleu Pays d'Auvergne mercredi 1 avril 2015 à 20:11 Mis à jour le vendredi 3 avril 2015 à 15:00

Salle d'attente médecin
Salle d'attente médecin © Maxppp

A Riom-ès-Montagne, le cabinet du docteur Robert est fermé depuis ce lundi. Selon nos informations recueillies auprès des habitants et du maire, le praticien aurait cessé son activité à cause de la défaite de sa femme aux élections départementales. Le médecin conteste cette version, il aurait des problèmes de santé qui lui imposent un arrêt et veut désormais porter plainte pour diffamation.

**MIS A JOUR LE 3 AVRIL à 15H : le docteur Robert a fait savoir ce vendredi à nos confrères de la Montagne qu'il avait l'intention de porter plainte pour diffamation après les informations diffusées sur sa cessation d'activité. Le praticien affirme que ce n'est pas en raison de la défaite de son épouse aux élections départementales qu'il a fermé son cabinet mais pour des raisons médicales. Le médecin fait savoir par son avocat qu'il réfute les témoignages recueillis qui font état de ses propos où il menaçait de cesser son activité si sa femme était battue avant le scrutin. **

Le cabinet du médecin est fermé depuis ce lundi 

Depuis ce lundi,** les patients du docteur Robert à Riom-ès-Montagne ne peuvent plus voir leur médecin. Son cabinet et fermé et il semblerait que cela soit définitif. En effet, le praticien menait depuis quelques semaines la campagne auprès de ses patients pour les inciter à voter pour son épouse Claudine. Celle-ci était candidate aux élections départementales. Plusieurs fois il avait menacé de fermer son cabinet si elle n’était pas élue , et comme elle a été battue ce dimanche, il a mis ses menaces à exécution. * Le docteur Robert a tenté à plusieurs reprises de forcer la main aux électeurs, comme l’explique une de ses patiente Cathy Duflo-falgère "Il nous disait qu’il fallait voter pour sa femme, la semaine qui a suivi le premier tour, le docteur a redoublé d’efforts, allant jusqu’à menacer, faire du chantage à des patients, apparemment également à ses collègues en disant que si sa femme était pas élue il arrêtait."*

Plus que deux médecins pour une cinquantaine de communes**

La maison médicale de Riom-ès-Montagne accueille normalement quatre praticiens mais ils n’étaient déjà plus que trois depuis un départ à la retraite alors qu’ils sont sensés intervenir pour les habitants d’une cinquantaine de communes . La maison médicale doit en principe accueillir un médecin roumain dans le courant du mois, le départ du docteur Robert ne va donc pas faciliter la tâche des élus qui gère la présence médicale sur le territoire. Eux-aussi avaient dû faire face aux tentatives de persuasion du médecin en campagne. "Moi je l’avais eu jeudi dernier, il m’a dit ça se passe mal et en fonction des résultats je ne reprendrais pas le travail, j’ai préparé une lettre que j’enverrai à l’ordre des médecins. Je croyais que c’était un coup de bluff mais en fait ça s’est réalisé malheureusement " dit François Boisset, le maire de Riom-ès-Montagne.

MEDECIN FUYARD / SON

"Il peut y avoir des sanctions disciplinaires" - Philippe Thieblot  président du conseil régional de l'Ordre des médecins

Le docteur Robert a semble-t-il quitté son domicile pour quelques jours avec son épouse, et son retour sera difficile, les patients ne seront pas tendres et surtout la décision du praticien pourrait lui porter préjudice . En effet, selon Philippe Thieblot  président du conseil régional de l'Ordre des médecins, "il y a un article du code de déontologie qui dit qu’un médecin doit avertir les patients , faut toujours qu’il y ait quelqu’un qui soit désigné, si les articles du code de déontologie ne sont pas respectés, il peut y avoir des sanctions disciplinaires ." L'ordre des médecins du Cantal à bien reçu la lettre du docteur Robert et doit le rencontrer dans les prochains jours. Le praticien aurait dû prendre sa retraite au mois de juin prochain .

MEDECIN FUYARD / ENRO