Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Castres : une pharmacienne se bat pour pouvoir ouvrir le lundi

mardi 27 novembre 2018 à 22:30 Par Raphaël Cann, France Bleu Occitanie et France Bleu

A Castres, dans le Tarn, un arrêté datant de 1973 interdit aux pharmacies d'ouvrir le lundi. Christine Monino-Clot, l'une des pharmaciennes de la ville, a mandaté une avocate pour saisir le tribunal administratif de Toulouse et le faire abroger.

Les pharmacies à Castres ne peuvent ouvrir le lundi à cause d'un arrêté préfectoral datant de 1973
Les pharmacies à Castres ne peuvent ouvrir le lundi à cause d'un arrêté préfectoral datant de 1973 © Maxppp - Alexis Sciard

Castres, France

C'est l'une des spécificités de Castres: un arrêté préfectoral pris en 1973 interdit aux pharmacies d'ouvrir le lundi. Christine Monino-Clot, la pharmacienne qui gère La Grande Pharmacie, a mandaté une avocate marseillaise pour saisir le tribunal administratif de Toulouse et demander son abrogation. 

"C'est un enjeu d'accès aux soins.", explique cette pharmacienne. "Partout en France, le lundi, on peut trouver une pharmacie mais à Castres non." Elle juge "injuste" d'être forcée à fermer le lundi. "On devrait avoir le droit de moduler nos horaires et nos jours d’ouverture. C'est la liberté d'entreprendre."

On parle de déserts médicaux et moi, on m'interdit d'exercer mon métier de pharmacien - Christine Monino-Clot

Sur les 16 pharmacies de la ville, seules 3 sont de garde le lundi. Pour certains Castrais, cette situation peut-être compliquée. "Je m'arrange pour avoir les médicaments dont j'ai besoin pour mon cancer ou mon épilepsie avant le week-end." explique Rosa, une quinquagénaire. Lisa va parfois chercher les médicaments dont sa mère a besoin tous les jours. "Parfois, elle n'y pense pas, elle oublie, mais après il faut trouver la pharmacie de garde." raconte cette étudiante.

Tous les pharmaciens castrais n'y sont pas favorables

Christine Monino-Clot gère une pharmacie de 1600 mètres carrés et 11 employés, mais pour des structures plus petites ce n'est pas évident d'ouvrir le lundi. "Il va falloir augmenter les horaires des salariés à temps-partiel" précise une pharmacienne qui emploie 2 préparateurs. "Le coût de la masse salarial va augmenter et il va falloir une réorganisation totale des emplois du temps."

Ça va être très complexe pour nous - La gérante d'une petite pharmacie à Castres.

Les autres pharmaciens de Castres ne la soutiennent pas dans sa démarche. Ils attendent la décision du tribunal administratif, mais certains envisagent déjà de faire appel. 

Un arrêté pour garantir le repos hebdomadaire

En 1973, cet arrêté avait été pris par la préfecture à la demande des syndicats de pharmaciens pour garantir un jour de repos hebdomadaire en plus du dimanche. Un arrêté similaire existait à Albi, mais il a été abrogé depuis. Cette demande peut-être faite grâce à une disposition du code du travail. Pour que l'arrêté soit abrogé, il faut une décision de justice ou que la majorité des pharmaciens à Castres en fasse la demande. Ce qui semble loin d'être le cas.