Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les tests salivaires sont une "alternative intéressante" dit Catherine Lesueur, infirmière scolaire en Corrèze

-
Par , , France Bleu Limousin

En ce jour de rentrée scolaire dans l'Académie de Limoges, Catherine Lesueur, infirmière scolaire à Lubersac et Secrétaire académique du SNIES-UNSA était l'invitée de France Bleu Limousin. Les tests salivaires sont une "alternative intéressante" estime-t-elle notamment.

Test salivaire en milieu scolaire (image d'illustration)
Test salivaire en milieu scolaire (image d'illustration) © Maxppp - Karen Kubena

En ce jour de rentrée scolaire dans l'Académie de Limoges, Catherine Lesueur, infirmière scolaire à Lubersac et Secrétaire académique du SNIES-UNSA était l'invitée de France Bleu Limousin, pour répondre aux questions de Fabienne Joigneault. 

Concernant les tests salivaires, qui doivent être mis en place dans les établissements à partir de cette rentrée, "on attend les consignes" a indiqué Catherine Lesueur, voyant plutôt d'un bon oeil ce type de tests. "Il est vrai que sur ce jeune public, l'écouvillonnage nasal est assez perturbant, donc ces tests salivaires apportent une alternative intéressante pour répondre à la demande ministérielle, c'est moins douloureux, moins invasif, cela fait beaucoup moins peur", a-t-elle estimé, même si ces tests semblent moins fiables que les tests PCR classiques. En tous cas, "le jeune public n'aura pas d'appréhension" a poursuivi l'infirmière scolaire de Lubersac. 

Stress pour les infirmières et pour les élèves

Quant au rôle des infirmières scolaires dans cette crise, Catherine Lesueur a expliqué "qu'on attend de nous des conseils pratiques, il faut que l'on garde une certaine crédibilité dans les propos que l'on a sur le protocole à mettre en place", tout en faisant face à des contraintes, comme "des _espaces non-appropriés, le personnel et les moyens qui sont insuffisants_; on nous dit - faites au mieux -, mais ce n'est pas du tout rassurant, cela entraîne au niveau de l'équipe de la frustration, du stress, sur la responsabilité notamment. Tout cela est un facteur de stress".

On nous dit "faites au mieux", mais ce n'est pas du tout rassurant

Le stress qui est visible aussi chez les élèves. "Il y a des effets de changements des codes sociaux qui sont imposés, tout cela entraîne des situations de stress", explique Catherine Lesueur. Dans les lycées surtout. "Il y a _des sources d'anxiété_, des conséquences psychologiques avec des élèves en perte de motivation scolaire, des troubles du sommeil, de l'agressivité, des attitudes déviantes avec les réseaux sociaux. Et aussi la peur sur soi, la peur de transmettre à sa famille et certains élèves sont assez angoissés par rapport à ça", a-t-elle conclu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess