Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Ce qu'il faut savoir sur le dossier médical partagé

-
Par , France Bleu Nord

C'est le moment d'ouvrir votre dossier médical partagé. Ce carnet de santé numérique, gratuit et sécurisé, doit permettre une meilleure coordination des soins en recensant des informations essentielles aux professionnels de santé.

On peut ouvrir son Dossier médical partagé chez soi, en pharmacie ou dans une agence de la CPAM
On peut ouvrir son Dossier médical partagé chez soi, en pharmacie ou dans une agence de la CPAM © Radio France - Thomas Schonheere

Nord-Pas-de-Calais Picardie, France

Cela fait près de 15 ans qu'on en parle, cette fois ça y est : le dossier médical partagé (DMP) a été officiellement lancé le 6 novembre dernier par la ministre de la Santé. Ce carnet de santé numérique est bien entendu gratuit, confidentiel et sécurisé

  • Le DMP, à quoi ça sert ?

Le dossier médical partagé recense des informations essentielles aux professionnels de santé : votre parcours de soin. Vous êtes allergique au paracétamol ? Vous avez fait une IRM ? Vous voulez retrouver les résultats d'une prise de sang ? Ce sont le genre d'informations que vous allez pouvoir retrouver dans votre DMP. 

Ce dossier va permettre d'assurer la liaison, notamment, entre les généralistes et les hôpitaux. "Nous avons des gens aux urgences qui sont non-communicants, des personnes qui ont une démence Alzheimer ou un traumatisme crânien, ou des patients qui omettent des antécédents extrêmement importants, explique Eric Wiel, le chef de services des urgences du CHU de Lille. Par exemple un patient qui prend un médicament anti-coagulant et qui doit se faire opérer, la pratique chirurgicale doit être adaptée." Au-delà des interactions entre les médicaments, le DMP va également éviter les examens redondants et les prescriptions inutiles.

  • Le DMP, qui le remplit ?

Vous pouvez le remplir vous-même, avec des documents scannés par exemple, mais ce sont essentiellement les médecins qui vont s'en occuper. D'où l'inquiétude de certains généralistes, vu que les logiciels, pour le moment, ne permettent pas tous une liaison facile avec le DMP. 

"Ce qui prend du temps, c'est l'établissement du premier volet de synthèse qui résume l'ensemble des antécédents du patient, ses allergies et les points importants de sa santé, ajoute Bertrand Demory, médecin généraliste à Armentières et président de la chambre syndicale des médecins du Nord-Pas-de-Calais. Les syndicats demandent que cet acte soit reconnu par l'Assurance maladie et que les praticiens soient honorés."

  • Comment ouvrir son DMP ?

En vous rendant sur le site www.dmp.fr. Si vous désirez des explications, vous pouvez également le faire en pharmacie ou dans une agence de la CPAM. Pensez simplement à vous munir de votre carte vitale. Cela ne prend pas plus de cinq minutes.

  • Le DMP, quelles évolutions ?

Dès les printemps 2019, le dossier intégrera un espace réservé aux directives anticipées, afin d'y mentionner vos souhaits concernant la fin de vie. En 2020, il intégrera un carnet de vaccination, afin d'être prévenu des dates de rappel.

  • Le DMP, quoi d'autre ?

Rien ne se fait sans l'accord du patient. Vous pouvez également choisir de cacher certaines informations. Seul le médecin traitant a accès à l'intégralité du dossier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu